vous êtes ici : > Annuaire sociétés > Sociétés Marseille > Art et Culture Marseille > Architecture Marseille > Art Contemporain Marseille

Les Pas Perdus Marseille

Groupe artistique Les Pas Perdus Marseille Les Pas Perdus Marseille

Les Pas Perdus réunit aujourd’hui une équipe pluridisciplinaire

Les Pas Perdus Marseille Les Pas Perdus Marseille Les Pas Perdus Marseille

Plasticiens plaisantistes

Initiateur du groupe artistique Les Pas Perdus qui aujourd’hui réunit une équipe pluridisciplinaire, Guy-André Lagesse est un artiste plasticien mauricien, qui a vécu en Afrique du Sud jusqu’à l’âge de 17 ans avant de s’installer à Marseille, en France. Ce trajet particulier de vie l’a conduit, dans sa pratique artistique, à œuvrer au rassemblement des disciplines artistiques, des genres, des registres et des personnes que les situations sociales et économiques ont tendance à séparer.
Le groupe artistique Les Pas Perdus proposent donc depuis une quinzaine d’années des installations et des œuvres plastiques imbriquées dans un voyage inventif à travers le meuble > la maison > le quartier > la ville. En côtoyant des pratiques esthétiques populaires, le groupe artistique travaille à la fabrication d’œuvres en co-réalisation avec des créateurs/trices populaires; habitant/tantes enthousiastes, bricoleurs/euses, jardiniers/ières, rêveurs/euses, passionnés/ées de travaux manuels, poètes/esses d’appartement…
Toujours prêts à réemployer avec ravissement et ivresse ce dont les autres veulent se débarrasser, Guy-André Lagesse, Nicolas Barthélemy et Jérôme Rigaut ont instauré dans le temps une relation de complicité vigoureuse et dynamique avec des habitants « inventeurs du quotidien ».
Les Zones d’Anniversaire Concerté, le Tuning d’Appartement, la Promenade du Jardin des Souhaits Bricolés, Mari-Mira ou l'esprit cabanon et les Maisons de l’Ordinaire et de la Fantaisie® offrent la possibilité de travailler autour des audaces et de la fougue de ces habitants devenus pour la circonstance des «Occasionnels de l’art ».
Ainsi, les artistes proposent aux usagers de la ville de se pencher sur les préoccupations du quotidien comme potentiel poétique, de trouver le lien entre la singularité et l’ordinaire des jours et d’habiter le monde à travers des pratiques esthétiques et des réalisations plastiques à la fois dans des espaces publics et dans des zones urbaines en mutation.

Démarche artistique, une cuisine pour les yeux faite avec les restes du monde

Notre démarche artistique prend forme à partir d’une relation de co-création avec des personnes disponibles à des aventures esthétiques hétérogènes. Nous inventons à chaque projet un dispositif approprié afin de partager dans un mouvement créatif des échanges inattendus, faisant apparaître des œuvres, qui d’une certaine manière sont le portrait de ces rencontres. Nous fabriquons des environnements poétiques en utilisant des matériaux et objets de peu, qui semblent sans grande valeur, issus de nos quotidiens, de notre « banalité » et qui sont par la force des choses nos repères à tous. Ils sont pour nous des éléments à réorganiser avec les «occasionnels de l’art» pour mettre en avant comment ensemble nous voyons et voudrions voir le monde. Une cuisine pour les yeux faite avec les restes du monde.

«Depuis longtemps le populaire et le savant ont été séparés, mis côte à côte, comme pour se regarder. Pour qu’ils se rencontrent en acte et en pensée, il nous faut faire un effort; tenter une aventure esthétique, celle de la non séparation des attitudes sensibles. C’est à dire faire apparaître les liens entre les secousses des audaces artistiques populaires et les aventures singulières de l’art de référence dit savant! Ce qui serait passionnant, c’est justement de voir comment ces imaginaires, pourraient non pas simplement se côtoyer, comme cela peut être le cas aujourd’hui, mais ouvrir une nouvelle voie, celle du «tricotage» de la pensée et des actes où chaque maille garderait son origine tout en se trouvant entrelacée et en «promiscuité».


Le Comptoir de la Victorine, un outil de création au quotidien

Le Comptoir, situé au cœur du troisième arrondissement de Marseille, est un ensemble de bâtiments profondément inscrits dans la mémoire industrielle du quartier Saint Mauront /Belle de Mai. Ancienne fabrique d’allumettes, puis comptoir d’épices et d’herboristeries au début du 20è siècle, le Comptoir de la Victorine est habité par Les Pas Perdus et la Compagnie l’Art de Vivre depuis l’an 2000.

Cet outil de travail partagé et mutualisé est aussi un moyen d’ancrer les actions artistiques auprès de la population marseillaise et plus particulièrement auprès des habitants du 3ème arrondissement qui peuvent ainsi profiter des multiples expériences internationales qui sont menées par les deux structures.

Le Comptoir de la Victorine est un lieu de création au quotidien. Il donne aux deux associations les moyens d’élaborer et de concevoir de nouveaux projets ensemble ou séparément. Ce partage favorise les rencontres et l’émergence de nouvelles initiatives artistiques auxquelles amateurs enthousiastes et habitants inventifs sont associés par goût d’enrichissement mutuel.

L'atelier de construction : outillage et machines-outils autour du travail du bois, du métal et des techniques d’assemblages: réalisations d’installations pour l’espace public, fabrication d’œuvres de grand volume, décors de spectacles et scénographies… Accueil d’actions spécifiques et participatives.

La matériauthèque est une collecte de matériaux de construction et de second œuvre, mise à disposition aux participants de matériaux et objets à recycler, à transformer ou à assembler : tissus, textures, peintures, revêtements… Tri et traitement des déchets en fonction d’utilisations innovantes : palettes, pneus, tuyaux, matières plastiques…

Un art qui s'emporte de mieux en mieux...

"Quand nous mettons nos mains dans la terre nous sentons le frémissement de l'air. La terre est lourde mais légère, elle coule entre les doigts par morceaux, molle, comme du sucre humide. L'odeur de la terre remplit la tête de souvenirs d'enfance, de la mémoire d'une existence suspendue. Quand nous plantons des radis ou une laitue, nous nous rapprochons de ceux qui nous ont précédés.
Nous mettons en terre une graine qui provient d'une plante qui provient d'une graine qui a été mis en terre par ceux d'avant. Quand nous réemployons des meubles trouvés au coin des rues, d'une certaine manière nous récoltons les fruits d'un travail que d'autres ont accompli avant nous. Nous les ramassons et les plantons à notre manière avec enthousiasme et reconnaissance.
Nous pratiquons des greffes de meubles comme d'autres pratiquent des greffes d'arbres fruitiers, afin de développer de nouveaux coloris, de nouvelles formes, un nouveau langage pour dire l'esthétique. C'est une hybridation qui produit en simultanée de multiples mutations. Ces mutations, quand elles parviennent au fil du travail à se stabiliser, donnent alors naissance à de nouvelles œuvres.
L'art est un perpétuel continuum et non un ensemble d'œuvres isolées. Le croisement de conception, la valorisation de l'inconnu, l'adaptation aux circonstances, nous essayons de tirer parti de toutes ces intempéries. Les extravagances du ciel sont pour nous une source d'innovation; trop de soleil - il faut faire la sieste, trop de pluie - il faut des bottes en caoutchouc." Guy-André Lagesse

Oeuvres de rien et de pratiquement tout...

2014, Zone d'Anniversaire Concerté, Bordeaux, France
2014, Siffloter aux Angéliques, Bordeaux, Marseille
2013, Le MasToc, un Bâtiment décoiffé, Arles, France
2012, Les Chaises Chaudes, Fonscolombes, Marseille, France
2011, La Promenade du Jardin des Souhaits Bricolés, Bruay-La-Buissière, France
2010, No Time For Extra Time, Durban Art Gallery, Afrique du Sud
2009, La Maison au Courant, Cité des Électriciens, Bruay-La-Buissière, France
2008, Ciné Palette Palace, Musée d'Art Contemporain, Marseille, France
2007, Mari-Mira, l'Esprit Cabanon, Marseille, France
2006, Playing With Life, Johannesburg Art Gallery, Afrique du Sud
2005, 1er Salon International du Tuning d'Appartement, Comptoir de la Victorine, Marseille, France
2004, Le Monde dans un Bazar, Paris Quartier d'Eté, Square Villemin, Paris, France
2003, Phénoménodrome, Maison de la Villette, Paris, France
2002, Mari Mira, the fancy shack spirit, Durban et Johannesbourg Afrique du Sud
2001, Un Bon Moment, walk about sonore et visuel, Friche La Belle de mai, Marseille, France


Groupe artistique Les Pas Perdus

Votre avis
Déjà membre
Email :
Mot de passe : mot
Nouveau membre
Email :
pseudo :

Donnez une note :
Votre avis :

Verification ... Enregistrement ....
 
Mardi 25 Janvier 2022, Bonne fête aux Apollos, Conv. St Paul,

Gralon sur les réseaux sociaux

Statistiques
  • +2 millions de visites mensuelles
  • +160 000 sites inscrits
  • +300 000 membres