Photos HDR
 

Grand Prix Historique : Les Princes Du Rocher

Si les Anglais ont comme chaque année représenté la grande majorité des pilotes engagés lors de cette 9ème édition du Grand Prix Historique, huit Monégasques sont également venus en découdre sur le mythique tracé princier.

8 Monégasques au départ

Terre d’accueil de la Formule 1 depuis 64 ans, la Principauté de Monaco tarde pourtant à retrouver un représentant dans la catégorie reine du sport automobile. Après le pionnier Louis Alexandre Chiron et le téméraire André Testut, personne n’est venu remplacer Olivier Beretta dernier pilote à avoir couru sous la bannière rouge et blanche. Pourtant, huit pilotes amateurs ont eu la chance de prouver lors du Grand Prix Historique que la Principauté regorge toujours de véritables artistes du volant.

« Ou le rallye ou le circuit »

« Quand on naît Monégasque, on a deux options à la naissance : ou l’on tombe dans la marmite du rallye ou dans celle du circuit, avoue Frédéric Lajoux, pilote F3 de la Chevron B43 flanquée du n°22. Et comme j’aime énormément la bagarre sur la piste et que me battre contre un chronomètre me lasse assez rapidement j’ai choisi le circuit. » Lauréat de l’école de pilotage Motul Nogaro en 1989, le Monégasque peut se targuer d’une solide expérience sur le tracé princier qu’il a déjà arpenté à quatre reprises (3 fois en F3 moderne et 1 fois en historique).

« Une pression supplémentaire »

Présent lui aussi pour la 4ème fois, même s’il n’a connu que le Grand Prix Historique, son compatriote Fabrice Notari savoure chaque instant passé au volant même s’il se sait attendu au tournant. « On ressent beaucoup de plaisir parce que rouler à Monaco c’est mythique pour nous. Cependant, on a une pression supplémentaire parce que l’on connaît beaucoup de monde dans l’organisation. Tout le monde a les yeux rivés sur nous ! »

« On se chambre gentiment »

Amis en dehors des circuits, les pilotes monégasques se livrent pourtant un duel de tous les instants en piste. « Une émulation s’est créée entre nous, confirme Frédéric Lajoux. On se chambre gentiment, mais on est absolument conscient et respectueux des qualités des autres. » Intercalé entre ses quatre compatriotes (Marc Faggionato et Frédéric Lajoux devant, Marcus Mussa et Andrea Giuliani derrière) sur la grille de départ, Fabrice Notari sera le seul rescapé monégasque d’une course de F3 mouvementée qu’il achèvera au 8ème rang final.

Plus d'information :

Visitez le site : http://www.acm.mc

Tag : Grand Prix Historique, Monaco, Grand Prix Historique Monaco, Monte Carlo, Monte-Carlo

Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis