Pollution De L'air Et Santé Des Enfants : L'unicef Tire La Sonnette D'alarme

Pollution de l'air et santé des enfants : l'Unicef tire la sonnette d'alarme

Dans un rapport paru début avril, l'Unicef demande aux pouvoirs publics français d'agir pour réduire la pollution de l'air et protéger la santé des enfants. Selon l'OMS, trois enfants sur quatre respirent un air toxique en France, ce qui favorise les maladies respiratoires et d'autres pathologies comme les allergies. Explications.

L'Unicef tire la sonnette d'alarme

Pour la première fois en France, l'Unicef alerte les pouvoirs publics sur la question de la pollution de l'air.

Dans un rapport paru le 4 avril 2019, le Fonds de l'ONU pour l'enfance appelle les pouvoirs publics français à prendre des mesures fortes pour améliorer la qualité de l'air et préserver la santé des plus jeunes d'entre nous, qui sont aussi les plus vulnérables.

Les enfants sont particulièrement vulnérables

Les enfants sont plus vulnérables que les adultes face à la pollution de l'air en France et dans le monde.

En effet, leur fréquence respiratoire est 1,5 fois plus élevée que celle d'un adulte.

Cela signifie qu'ils respirent plus vite que les adultes et ils inhalent plus de polluants (et ce, d'autant plus que leurs activités en extérieur sont plus fréquentes).

Comme ils ont une surface corporelle plus petite, la concentration en toxiques dans leur organisme est supérieure et leur immaturité les rend plus fragiles.

Lors d'une crise d'asthme par exemple ou lors des pics de pollution,, un enfant atteindra plus vite le seuil de détresse respiratoire car ses voies aériennes sont plus petites.

La pollution a des effets à long terme

Les conséquences de la pollution de l'air sur la santé ne se font pas uniquement sentir lors des fameux pics de pollution.

On sait aujourd'hui que les enfants exposés à la pollution atmosphérique ont plus de risques de développer des maladies pulmonaires ou des allergies.

Une exposition précoce à un air pollué nuit au bon développement des poumons, qui sont plus fragiles et moins capables de se défendre contre les virus.

Le risque d'asthme est accru, ainsi que le risque de développer une BPCO (bronchopathie chronique obstructive) à l'âge adulte, notamment en cas de tabagisme ultérieur.

Les polluants modifient également le fonctionnement du système immunitaire et favorisent les allergies tandis que, en parallèle, les pollens combinés aux polluants deviennent encore plus allergisants.

La pollution est un facteur aggravant évident, qui explique pourquoi de plus en plus d'enfants développent des allergies importantes, multiples et de plus en plus précoces (allergies aux pollens et allergies alimentaires, asthmes sévères chez le nourrisson...).

L'Unicef préconise des mesures fortes

Contrairement à ce que l'on imagine parfois, la pollution de l'air ne concerne pas que la Chine ou les pays en développement. Selon l'OMS, en France, trois enfants sur quatre respirent un air pollué.

C'est pourquoi l'Unicef en appelle au respect des droits des enfants, notamment le droit de vivre dans un environnement sain.

Dans le rapport du 4 avril, l'Unicef et plusieurs ONG recommandent la mise en place dans les villes de zones de circulation restreinte suffisamment ambitieuses, prenant notamment en compte les lieux sensibles comme les hôpitaux et les écoles.

Pour mettre en place ces mesures, l'Unicef en appelle aux élus locaux et nationaux, ainsi qu'à la ministre de la Santé Agnès Buzyn : "Il est encore temps de protéger la santé des enfants qui grandissent en ville".

Le rapport recommande d'encourager davantage les mobilités douces (voies réservées, forfait pour les salariés, apprentissage du vélo pour les enfants...), de tarifer les transports en commun selon les revenus et de réguler la circulation aux abords des écoles.

A noter : d'autres pays ou d'autres villes ont réussi à agir pour limiter la pollution de l'air notamment en Californie et au Japon, avec l'interdiction pure et simple du diesel à Tokyo.

Il faut d'ailleurs savoir que les particules fines liées à ce carburant sont les plus toxiques, car ce sont celles qui pénètrent le plus profondément dans les poumons et les vaisseaux sanguins, et qui présentent la particularité de modifier notre immunité.

Plus d'information :

Tag : pollution de l'air, pollution de l'air enfants, pollution de l'air et santé, pollution et asthme, pollution et allergies, diesel, particules fines, rapport unicef pollution de l'air, mesures contre pollution de l'air



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis