L'activité Du Cerveau Est Elle Liée à La Durée De Vie ?

L'activité du cerveau est elle liée à la durée de vie ?

Selon une étude, l'activité cérébrale aurait un impact sur la durée de vie, entre autre facteurs de génétique, style de vie et environnement

L'impact de l'activité neuronale excessive

Cette hypothèse suggère qu'une activité neuronale excessive dans le cerveau est liée à une durée de vie plus courte, et qu'une suppression de cette activité supplémentaire pourrait la prolonger. Cette découverte est encore trop récente et nécessitera plus de recherches avant de se traduire par des recommandations concrètes en matière de santé, mais elle ouvre la possibilité d'utiliser des médicaments ou des interventions comportementales, comme la méditation, pour modifier l'activité du cerveau et peut-être ralentir les effets du vieillissement.
Le lien entre l'activité du système nerveux et la longévité n'était pas totalement surprenant. Le mécanisme qui contrôle l'excitation cérébrale est étroitement lié à celui qui contrôle le métabolisme, qui est depuis longtemps lié à la durée de vie, affirme le Dr Bruce Yanker, coauteur de l'étude et professeur de génétique et de neurologie à la Harvard Medical School.
Mais le fait que moins d'activité cérébrale soit associée à la longévité semblait à première vue " illogique " pour Yanker, qui supposait qu'un cerveau actif serait lié à une meilleure santé et vitalité.
Après avoir examiné, avec ses collègues, les tissus cérébraux de centaines de sujets humains décédés, regroupés selon l'âge de leur mort, ils ont découvert que les tissus de ceux qui vivaient plus longtemps, mourant à 90 ou 100 ans, suggéraient qu'ils avaient connu moins d'activité neuronale que ceux qui étaient morts à 70 ou 80 ans.

"L'une des explications possibles était qu'il aurait pu s'agir d'une corrélation : à mesure que les gens vieillissent, leur cerveau ralentit ", explique M. Yanker. Ceux qui sont morts plus jeunes, pensaient-ils, sont peut-être simplement morts de causes non liées à l'activité neuronale.
Mais sans pouvoir tester cette théorie chez l'homme, ils se sont tournés vers celles qui sont souvent utilisées dans la recherche sur le vieillissement en raison de leur courte durée de vie, facile à étudier.

Qu'en dit l'imagerie cérébrale ?

Ce qu'ils ont trouvé n'est pas le fruit du hasard. En utilisant l'imagerie cérébrale, ils ont constaté que l'activité neuronale augmentait avec l'âge - et lorsque les chercheurs leur ont donné un médicament qui calmait une partie de cette activité, ils ont vécu plus longtemps. Lorsque les chercheurs ont stimulé les neurones, ils sont morts plus rapidement. "Ce n'était pas dû à un facteur de confusion", dit Yanker. "Ça semblait être un effet primaire." Des tests chez la souris ont montré des effets similaires.

Ensuite, les chercheurs ont essayé de trouver la "protéine CEO", comme l'appelle Yanker, qui contrôlait toute cette activité neuronale. À l'aide d'algorithmes informatiques, ils ont réduit la recherche à une protéine appelée REST, dont les recherches du laboratoire de Lanker ont déjà suggéré qu'elle pourrait protéger le cerveau contre la démence.
"Lorsque nous avons observé une sur-exploitation ou que nous avons découvert cette protéine, la quantité d'excitation du système nerveux a été réduite et le sujet a vécu plus longtemps", explique Lanker. "Quand on a fait le contraire, quand on a refusé, on a eu plus d'excitation et le sujet a vécu moins longtemps."

L'impact des habitudes et comportements sur l'activité neuronale

En plus des recherches prometteuses sur les traitements médicamenteux, M. Yanker indique que les travaux suggèrent que les habitudes et les comportements qui affectent l'activité neuronale du cerveau, comme le yoga et la méditation, pourraient prolonger la durée de vie. C'est une idée courante dans les traditions de guérison orientales, mais qui n'a infiltré que récemment l'establishment médical occidental, dit-il.

Il est beaucoup trop tôt pour prescrire une séance de méditation quotidienne ou un cours de yoga basé sur ces résultats, mais Yanker dit que le document est une étape prometteuse pour comprendre comment " les pensées, la personnalité et le comportement d'une personne affectent sa santé et sa longévité globales".

Plus d'information :

Tag : cerveau, neurone, génétique, comportement, longévité, durée, vie, santé, activité, cérébrale , neuronale, cerveau, protéine, Santé, méditation, excitation, imagerie cérébrale, Yoga, système nerveux, génétique, neurologie, Démence, algorithmes, CEO, souris, neurones, fruit, métabolisme, Harvard, corrélation,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis

(c)