Covid-19 : Comprendre Les Différents Tests En 5 Questions

Covid-19 : comprendre les différents tests en 5 questionsImage ©fernando zhiminaicela

Alors que la circulation du coronavirus SARS-CoV-2 s'intensifie en France depuis la rentrée, le dépistage est un volet essentiel de la stratégie mise en place par le gouvernement pour endiguer l'épidémie. Mais quels sont les différents tests permettant de détecter le Covid-19 et comment fonctionnent-ils ? Décryptage en 5 questions.

1- Quels sont les différents tests ?

Le nombre de patients infectés par le coronavirus SARS-CoV-2 repart à la hausse. Pour "casser la chaîne des contaminations", le gouvernement appelle les personnes présentant des symptômes à se faire dépister.

En réponse à cette situation sanitaire, de plus en plus de méthodes de détection du Covid-19 sont utilisées ou expérimentées. Mais il devient aussi de plus en plus difficile de s’y retrouver.

Après les tests PCR (les fameux tests nécessitant un prélèvement dans le nez) et les tests sérologiques (réalisés à partir d’une prise de sang), on entend désormais parler dans les médias de tests antigéniques et de tests salivaires.

En revanche, les autotests qui pourraient être réalisés par les utilisateurs à domicile sont interdits en France.

2- Comment fonctionnent les différents tests ?

Actuellement, le test de référence est le test RT-PCR effectué à partir d’un prélèvement naso-pharyngé.

Des cellules nasales sont prélevées à l’aide d’un écouvillon (une sorte de long coton-tige) que l’on insère dans les narines jusqu’à 15 cm environ. L'opération ne prend que quelques secondes et peut être plus ou moins douloureuse.

Grâce à ce prélèvement, les biologistes peuvent rechercher du matériel génétique du virus SARS-CoV-2. Le test PCR permet donc de savoir si, au moment du prélèvement, la personne était infectée par le virus.

Ce test est le plus efficace à disposition actuellement. Les cas de "faux positif" sont rarissimes (dus à une mauvaise manipulation ou une contamination accidentelle...). En revanche, il est possible d'avoir des "faux négatifs" quand l'échantillon n'a pas été prélevé correctement ou qu'il a été prélevé trop tôt ou trop tard dans l'évolution de la maladie. Il faut alors refaire le test pour confirmer le résultat.



Depuis peu, le test PCR peut aussi se faire à partir d’un prélèvement salivaire. Le test salivaire est plus simple et moins désagréable, mais il est aussi moins fiable.

Le 18 septembre 2020, les tests salivaires ont été autorisés par la Haute Autorité de santé. Mais la HAS les recommande uniquement chez les personnes présentant des symptômes depuis moins de sept jours et non hospitalisées. En effet, leur efficacité est jugée insuffisante pour qu’ils soient utilisés dans d'autres situations.


Il existe aussi des tests sérologiques effectués grâce à un prélèvement sanguin, c’est-à-dire une simple prise de sang.

Les tests sérologiques ont pour but de détecter la présence d'anticorps propres au coronavirus dans le sang. Ils permettent donc de déterminer si une personne a été infectée par le coronavirus dans le passé.

Ces tests servent essentiellement à donner une indication sur la proportion de personnes qui ont été infectées dans la population. En revanche, ils ne permettent pas de poser formellement un diagnostic ni de savoir si l’on est protégé contre la maladie.

Le risque de faux négatif est très important au début de la maladie, car les anticorps ne se développent pas immédiatement. C’est pourquoi on ne peut pas utiliser ces tests sérologiques en première intention.

En résumé, si vous présentez des symptômes du Covid-19, faites plutôt un test RT-PCR.


Enfin, on entend beaucoup parler des tests antigéniques, qui pourraient aider à désengorger les laboratoires d'analyses.

Eux aussi réalisés à partir d'un prélèvement naso-pharyngé par écouvillonnage, ils détectent la présence ou non de protéines du coronavirus, les antigènes, pour savoir si la personne est porteuse du virus au moment du prélèvement.

Mais surtout, ils donnent un résultat beaucoup plus rapide que le test PCR classique, en 15 à 30 minutes seulement. C’est pourquoi ces tests de dépistage rapide du coronavirus ont été autorisés par le gouvernement le 16 septembre dernier.

Il faut toutefois préciser que les tests antigéniques donnent un résultat purement indicatif : en cas de résultat positif, il faut faire un test RT-PCR pour confirmer.

3- Qui peut se faire tester ?

Actuellement, le dépistage du Covid-19 repose principalement sur les tests RT-PCR qui sont les plus efficaces pour déterminer si une personne est infectée au moment du prélèvement.

Selon un arrêté publié le 24 juillet dernier, toute personne peut bénéficier d'un test virologique RT-PCR entièrement remboursé, sans avoir à justifier sa démarche. Il n’est plus nécessaire d’avoir une ordonnance, ni de présenter des symptômes. 

On estime que près d'1,2 million de tests sur prélèvement naso-pharyngé sont ainsi réalisés en France chaque semaine.

Le 17 septembre, le ministre de la Santé Olivier Véran a toutefois annoncé une priorisation des tests.

Des mesures spécifiques ont été prises dans les laboratoires d’analyse pour faire passer les personnes prioritaires, c’est-à-dire :
=> les personnes présentant des symptômes
=> les cas contact
=> les membres du corps médical ou apparentés
=> les personnes disposant d'une ordonnance.

Si vous n'êtes pas prioritaire, vous devrez attendre parfois plusieurs jours avant de pouvoir vous faire tester.

4- Les tests sont-ils remboursés ?

Un test PCR réalisé en laboratoire de ville coûte 54 euros. Il est intégralement remboursé, sans prescription médicale et que l'on présente ou non des symptômes.

Un test sérologique Elisa ou TDR peut être remboursé à 100%, sous certaines conditions :
=> s’il est réalisé sur prescription médicale
=> s’il s’agit bien d'un test homologué par le Centre national de référence (CNR).

Les prix de référence fixés pour le remboursement des tests sérologiques sont de 12,15 euros pour un test ELISA et de 9,45 euros pour un TDR.

5- Que se passe-t-il en cas de test positif ?

Si votre test RT-PCR est positif, l’Assurance maladie vous contactera afin d’entamer une enquête de contact tracing.

L’objectif est d’identifier les personnes avec lesquelles vous avez été en contact et que vous auriez pu contaminer. On parle de "cas contacts" ou "personnes contacts".

Si vous êtes identifié comme une "personne contact", des agents de l'Assurance maladie ou de l'Agence régionale de santé vous préviendront et vous indiqueront la marche à suivre.

Vous devrez alors vous isoler par précaution, prendre votre température plusieurs fois par jour et télétravailler si possible. Au besoin, un arrêt maladie vous sera délivré.

Vous devrez également vous faire tester par PCR dans un délai de 24 heures si vous vivez dans le même foyer que la personne contaminée, ou dans un délai de sept jours après le dernier contact avec la personne contaminée.

Pour connaître les lieux de dépistage à proximité de votre domicile ou de votre lieu de travail, nous vous invitons à consulter la carte proposée sur le site sante.fr. (lien ci-dessous).

Plus d'information :

Visitez le site : https://sante.fr/recherche/trouver/DepistageCovid

Tag : Covid-19, test covid, test coronavirus, test covid 19, covid 19 test, coronavirus test, test pcr, test sérologique, test salivaire, test antigénique, dépistage coronavirus, dépistage covid , test, RT-PCR, coronavirus, PCR, tests sérologiques, partir, Maladie, antigéniques, gouvernement, dépistage, assurance maladie, ordonnance, anticorps, prescription médicale, salivaire, Sars-CoV, France, prise de sang, virus, 17 septembre, 16 septembre, virologique, 24 juillet, sérologique, elisa, CNR, remboursement, test ELISA, Agence régionale de santé, température, arrêt maladie, porteuse, antigènes, protéines, France 2, cellules, coton-tige, matériel génétique, virus SARS-CoV, faux positif, Dus, faux négatifs, 18 septembre, Haute Autorité de Santé, prélèvement sanguin, sang, diagnostic, faux négatif, épidémie,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis