Cancer Du Sein : Réduire Le Sucre Réduit Le Risque

Cancer du sein : réduire le sucre réduit le risqueImage ©Mathilde Langevin

Des recherches menées dans le cadre de la cohorte NutriNet-Santé se sont intéressées aux liens entre consommation de sucre et apparition du cancer, notamment au niveau du sein. Ces travaux confirment la nécessité de limiter les quantités de sucre dans l’alimentation afin de réduire le risque de survenue du cancer et de récidive. Explications.

Quelles sont les conclusions de cette étude ?

Une étude menée sur plusieurs années dans le cadre de la cohorte NutriNet-Santé qui regroupe plus de 100.000 personnes vient de le confirmer : réduire le sucre permet de réduire le risque de cancer, notamment de cancer du sein et de la prostate.

Une équipe de chercheurs en épidémiologie nutritionnelle dirigée par le Dr Mathilde Touvier s’est penchée sur la relation entre la consommation de sucre et le développement de cancers de la prostate et du sein.

Ces chercheurs ont suivi cette cohorte pendant environ 6 ans et étudié la survenue de plus de 2500 cas de cancers. Ils sont ainsi parvenus à la conclusion que plus la consommation de sucres est modérée, plus le risque de développer certains cancers s’éloigne.

Ils ont rendues publiques ces conclusions dans un communiqué publié le 15 janvier 2021 par la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer.

Pour prévenir le cancer du sein et de la prostate, ils conseillent donc de suivre les recommandations officielles de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) selon lesquelles l'apport en sucres libres ne devrait pas dépasser 10% de la ration énergétique totale chez l’adulte et chez l’enfant.

Il serait même encore meilleur pour la santé de réduire son apport en sucres à moins de 5% de la ration énergétique totale, soit à environ 25 grammes par jour ou 6 cuillères à café.

Quel est le lien entre sucre et cancer ?

Le mécanisme par lequel le sucre favorise l’apparition de certains cancers est encore mal connu.

Qu’il soit ajouté ou naturellement présent dans les aliments que nous mangeons, le sucre consommé en excès a un rôle avéré dans l’obésité, le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires.

En revanche, en ce qui concerne le cancer, le lien établi avec le sucre n’est pas clair. Les hypothèses qui pourraient expliquer son mécanisme d’action sont multiples et indirectes : le sucre pourrait notamment agir en favorisant l’obésité ou en provoquant des mécanismes inflammatoires chroniques et une résistance à l’insuline.

En raison de l’absence de lien direct entre la consommation de sucre et l’apparition de cancer, les autorités sanitaires ne considèrent pas encore le sucre comme un facteur de risque de cancer en tant que tel.

Pourtant, les travaux menés au sein de la cohorte NutriNet-Santé le confirment : manger trop de sucre est mauvais pour la santé et limiter l’apport en sucres permet limiter les risques d’apparition de cancers, notamment du sein et de la prostate.

Selon les auteurs de cette étude, il faudrait repenser les mesures de prévention du cancer, puisque leurs recherches ont révélé une association claire entre la consommation globale de sucre et un sur-risque de cancer.

Cette observation serait principalement valable pour les cancers du sein en particulier chez les femmes pré-ménopausées, les autres localisations n’étant apparemment que peu ou pas affectées par la consommation de sucres.

Les chercheurs précisent aussi que le risque est lié aux sucres ajoutés, aux sucres libres, au sucrose, aux sucres des boissons ou des produits laitiers.

"La consommation de sucre doit désormais être considérée comme un facteur de risque évitable de cancer, une donnée que les autorités pourront intégrer dans une réflexion politique sur la taxation du sucre et d’autres mesures de prévention sanitaire", ont conclu les chercheurs.

Comment réduire sa consommation ?

Quand on commence à manger sucré, difficile de s’arrêter ! Le sucre est une substance addictive car il active le système de récompense dans le cerveau.

Pour réduire sa consommation, il faut donc commencer par le vouloir, le décider et le faire, de la même manière que l’on décide un jour d’arrêter de fumer …

La bonne nouvelle, c’est que lorsqu’on s’engage sérieusement dans cette démarche, on finit par se déshabituer du sucre et par trouver "trop sucré" ce que l’on avait l’habitude de manger avant.

Pour en arriver là, vous pouvez commencer par :

=> bannir les boissons sucrées et ne boire que de l’eau pendant les repas et en-dehors des repas

=> boire votre thé, votre café et vos tisanes sans sucre ni miel

=> remplacer les desserts par un fruit ou une compote sans sucres ajoutés

=> manger du chocolat le plus noir possible (plus il est riche en cacao, entre 70% et 90%, et moins il contient de sucre)

=> cuisiner maison pour éviter les sucres cachés dans les plats préparés

=> faire vous-même vos desserts et réduire la proportion de sucre (de 30% à 50%) des recettes de gâteaux, flans etc.

Plus d'information :

Tag : sucre et cancer, sucre et cancer du sein, réduire le sucre, manger moins de sucre, réduire le risque de cancer, réduire le risque de récidive, nutrinet santé, sucre facteur de risque de cancer, limiter le sucre, comment , Sucre, cancer, cohorte, prostate, sucres ajoutés, facteur de risque, obésité, Café, Santé, Eau, cacao, prévention sanitaire, Le sucre, chocolat, substance, addictive, système de récompense, compote, fruit, Miel, cerveau, produits laitiers, sucrose, alimentation, épidémiologie, Mathilde, Touvier, 15 janvier, arc, OMS, diabète de type 2, maladies cardiovasculaires, insuline, prévention, association, flans,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis