Germaine Krull : Une Rétrospective Au Jeu De Paume

Dans la lignée des expositions consacrées aux plus grandes femmes photographes, le Jeu de Paume à Paris offre enfin une rétrospective à la photographe allemande Germaine Krull. Artiste d'avant-garde dans les années 1920-1940, elle fut aussi une femme engagée et une grande voyageuse. L'exposition "Germaine Krull, Un destin de photographe" revient sur le parcours d'une femme moderne avant l'heure.

Une légende à redécouvrir

Germaine Krull (1897-1985) est l'une des photographes les plus connues pour sa participation aux avant-gardes des années 1920-1940.

Bien que cette Allemande figure à juste titre au Panthéon des femmes-photographes les plus célèbres, son oeuvre est beaucoup moins étudiée que celle de Moholy-Nagy, Man Ray ou André Kertész ...

En effet, sa carrière fut courte et chaotique, puis elle passa les quarante dernières années de sa vie en Asie, rompant presque tous ses liens avec le milieu photographique. Cela explique sans doute pourquoi peu d'expositions lui ont été consacrées jusqu'à présent...

Cet été, le Jeu de Paume a souhaité rendre hommage à cette femme énergique, engagée et voyageuse, en offrant un panorama de son oeuvre sous le titre Germaine Krull, Un destin de photographe.

Un destin hors du commun

Quand on évoque Germaine Krull on parle souvent du portfolio Métal qu'elle publia en 1928. Cette série de 64 planches représentant des grues, ponts et silos la propulsa au rang d'égérie de la "modernité" photographique.

Mais ce n'est là qu'une facette de son travail et son œuvre, éclatée, est beaucoup plus riche. Elle-même ne se définissait pas comme une artiste d'avant-garde et affirmait : "le vrai photographe, c'est le témoin de tous les jours, c'est le reporter".

Elle partricipa d'ailleurs dès ses débuts au magazine VU lancé en 1928, ainsi qu'à de nombreuses autres publications, comme les magazines Jazz, Variétés, Paris-Magazine, Art et Médecine, Voilà, L'Art vivant ou La France à table.

Elle innova aussi en publiant des livres photographiques et des portfolios dont elle est l'unique auteur : Métal (1928) 100 x Paris (1929), Études de nu (1930), Le Valois (1930), La Route Paris-Biarritz (1931), Marseille (1935), ainsi que le premier photo-roman avec Simenon, La Folle d'Itteville (1931).

Son oeuvre est donc indissociablement liée à l'apparition de formes innovantes du reportage et de l'illustration photographique dans les années 1930.

Un parcours chronologique

L'exposition "Germaine Krull, Un destin de photographe" revient principalement sur sa période de pleine activité photographique entre 1926 et 1933, mais évoque aussi son travail au service de la France Libre jusqu'en 1945 et la période où la photographe a vécu en Asie.

Elle rassemble environ 130 tirages d'époque ainsi que de nombreux extraits de livres et de magazines.

Le tout est organisé selon un parcours chronologique et thématique qui aborde :
- l'architecture métallique
- le nu féminin
- les vues urbaines et le trafic automobile, notamment à Paris et Marseille
- les "documents de la vie sociale" : les clochards, la zone, les halles, les bals, les métiers, etc.
- la femme et la condition féminine (avec des portraits des ouvrières de Paris)
- la route, l'un des ses thèmes récurrents de reportage.

Infos pratiques

L'exposition "Germaine Krull, Un destin de photographe" se tient au Jeu de Paume jusqu'au 27 septembre 2015.

Adresse
Jeu de Paume
1, place de la Concorde
75008 PARIS

Métro : Concorde

Horaires
• Nocturne le mardi : de 11h à 21h
• Du mercredi au dimanche : de 11h à 19h
• Fermé le lundi

Tarifs
• Tarif plein : 10 €
• Tarif réduit : 7,50 €

Plus d'information :

Visitez le site : http://www.jeudepaume.org/

Tag : Germaine Krull, germaine krull, germaine krull jeu de paume, exposition germaine krull, retrospective germaine krull, germaine krull un destin de photographe, expo photo paris, expo jeu de paume



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis