Un Avion Sans Elle : 5 Bonnes Raisons De Regarder La Série De M6

Un avion sans elle : 5 bonnes raisons de regarder la série de M6

Après France 2 et sa série "Maman a tort" diffusée en 2018, c'est au tour de M6 d'adapter l'un des best-sellers de Michel Bussi : Un avion sans elle. Nous avons listé pour vous 5 bonnes raisons de regarder cette nouvelle série, à découvrir à partir de ce soir sur M6.

1- L'intrigue est d'emblée captivante

La série Un avion sans elle, à découvrir à partir de ce soir, mardi 26 mars sur M6, raconte un drame familial captivant.

Comme dans tous les romans de Michel Bussi, on y retrouve les thèmes de prédilection de l'écrivain : la filiation et l'identité.

En 1977, une catastrophe aérienne dans les Vosges laisse pour seule survivante un bébé de 3 mois, que deux familles, les Carville et les Vitral, ne tardent pas à se disputer devant la justice.

Le bébé miraculeusement rescapé est-il Lyse-Rose ou Emilie ? À l'époque, les tests ADN n'existent pas... La justice tranche en faveur des Vitral au terme d'un procès retentissant.

Vingt ans plus tard, Jacques Monod, un détective privé, veut révéler à Emilie l'existence de nouveaux éléments qui remettent en cause son identité, mais il est assassiné avant de pouvoir lui en dire plus.

La jeune femme va tenter de découvrir elle-même le secret de son identité.

2- L'histoire repose sur un amour impossible

La mise en place est d'emblée captivante dans les premiers épisodes d'Un avion sans elle.

La série, qui recentre la narration sur le personnage de Lyse-Rose/Emilie, fait aussi le choix audacieux de dévoiler très tôt l'amour impossible que vit l'héroïne.

Dans le roman de Michel Bussi, cet amour incestueux est le moteur de l'histoire. Il n'était donc pas possible de le censurer, même sur une chaîne de télévision en prime time.

M6, cherchant la meilleure façon de présenter cette romance interdite, a fait le choix de dévoiler cette relation dès le début.

3- L'enquête se déroule sur trois époques

L'intrigue d'Un avion sans elle, qui mêle drame familial et quête d'identité, est d'autant plus complexe qu'elle se déroule sur trois époques : 1977, 1998 et 2012

L'adaptation télé a dû jongler entre passé et présent, à grands renfort de flash-backs plutôt réussis.

Cette fiction française nous replonge dans la France des années 1970 et 1990 et il faut saluer un bel effort de reconstitution de ces deux périodes, façon carte postale.

Ces flash-backs ont été complexes à réaliser et la productrice de la série, Delphine Bouix, reconnaît volontiers qu'il a été difficile de respecter le budget alloué.

Autre preuve des difficultés de ce tournage, la scène du crash aérien a nécessité à elle seule quatre semaines de préparation !

Il n'en fallait pas moins pour espérer rivaliser avec le premier épisode de Lost (un modèle du genre) !

4- Les acteurs sont convaincants

L'adaptation d'Un avion sans elle bénéficie d'un casting de qualité avec Bruno Solo, Yaniss Lespert, Pénélope-Rose Lévèque, Agnès Soral, Anne Consigny, Margaux Chatelier, Anne-Élisabeth Blateau et Foëd Amara.

Bruno Solo, qui a déjà joué les enquêteurs désabusés dans L'Accident et Deux flics sur les docks, est crédible dans le rôle du détective privé Jacques Monod.

À ses côtés, la jeune comédienne Pénélope-Rose Lévèque (vue dans Fais pas ci, fais pas ça aux côtés de... Yaniss Lespert, son partenaire à l'écran !) est bouleversante dans son premier grand rôle à la télévision.

Elle réussit à tirer son épingle du jeu face à des acteurs expérimentés comme Agnès Soral. Dans ce drame familial où deux familles se déchirent, cette dernière surprend par sa vulnérabilité dans le rôle de Nicole Vitral, la grand-mère d'Emilie.

5- L'adaptation, complexe, est réussie

Comme nous l'avons déjà souligné, il n'était pas facile d'adapter le best-seller de Michel Bussi, vendu à 1,2 million d'exemplaires, en une série comptant seulement quatre épisodes de 52 minutes.

L'adaptation de ce roman a été à la fois compliquée et coûteuse et a nécessité des changements et des compromis.

La principale différence avec le livre est que la série adopte le point de vue de la rescapée du crash.

Le personnage de Lyse-Rose/Emilie, secondaire dans le roman, devient le personnage central de la série télé ce qui devrait permettre au téléspectateur d'adhérer immédiatement à sa quête identitaire.

À propos de cette adaptation, Michel Bussi raconte : "Nous travaillions depuis sept ans avec Delphine Bouix, la productrice d'Un avion sans elle. C'est un vrai travail d'équipe… et qui dit travail d'équipe, dit forcément des concessions."

Il ajoute : "Nécessairement, il y a trahison, et heureusement [...] L'adaptation est aussi une formidable reconnaissance".

Auteur comblé, Michel Bussi est très courtisé par les chaînes de télé. TF1 diffusera d'ailleurs bientôt une autre adaptation d'un de ses romans : Le temps est assassin.

Plus d'information :

Tag : Un avion sans elle, un avion sans elle, un avion sans elle m6, un avion sans elle série, un avion sans elle serie, un avion sans elle diffusion, un avion sans elle casting, bruno solo, pénélope rose lévèque , Avion, Michel Bussi, Émilie, M6, drame, roman, Agnès Soral, détective privé, JACQUES, Bruno Solo, 1977, productrice, partir, flash-backs, histoire, tournage, épisode, genre, carte postale, 1990, identitaire, best-seller, TF1, vulnérabilité, télévision, comédienne, docks, Anne-Élisabeth Blateau, Anne Consigny, années 1970, France, Maman a tort, 2018, 26 mars, écrivain, filiation, catastrophe aérienne, Vosges, Carville, ADN, narration, héroïne, incestueux, chaîne de télévision, 1998, 2012, française, France 2,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis

(c)