Photos HDR
 

Mode Et Publicité : La Mention Photo Retouchée Devient Obligatoire

Mode et publicité : la mention photo retouchée devient obligatoire

A partir du 1er janvier 2017, les supports, affiches et images publicitaires où apparaissent des mannequins devront obligatoirement porter la mention "photographie retouchée" si la silhouette du modèle a été modifiée après la prise de vue. Cette mesure, qui devrait permettre à tous de distinguer l'illusion de la réalité, a pour objectif de mettre fin aux dangereux diktats de la minceur. 

Une obligation dès 2017

Parmi les nombreuses dispositions de la nouvelle loi santé adoptée le 24 janvier 2016, l'article 19 stipule que : "Les photographies à usage commercial de mannequins, dont l'apparence corporelle a été modifiée par un logiciel de traitement d'image afin d'affiner ou d'épaissir la silhouette du mannequin doivent être accompagnées de la mention : "Photographie retouchée"."

Ce texte de loi impose donc aux annonceurs l'obligation de mentionner qu'une photo de mannequin a été photoshopée. Pour chaque infraction, les contrevenants risqueront une amende allant jusqu'à 37.500 euros ou 30% des dépenses consacrées à la publicité.

En novembre 2016, cette mesure est en train de se concrétiser. Le gouvernement prépare en effet le décret d'application qui précisera le fonctionnement de cette nouvelle obligation.

On sait déjà que cette obligation devra être mise en oeuvre au plus tard d'ici le 1er janvier 2017. Elle concernera les supports numériques (Internet), les imprimés publicitaires, les affiches (dans le métro par exemple) et la presse écrite. Seule la télévision ne sera pas concernée par cette mesure.

La mention devra être lisible et clairement différenciée du message publicitaire ou promotionnel.

Une lutte contre la maigreur excessive

L'objectif de cette mesure est bien sûr de lutter contre les dérives du monde de la mode et de la publicité.

Grâce à la mention photo retouchée, le gouvernement souhaite contrecarrer l'idéalisation du corps des mannequins et éviter les effets ravageurs de ces images idéalisées sur la santé des jeunes femmes notamment.

Dans une note à la Commission européenne, en date du 3 novembre 2016, le gouvernement explique que : "l'exposition des jeunes à des images normatives et non réalistes du corps entraîne un sentiment d'auto-dépréciation et une mauvaise estime de soi pouvant avoir un impact sur les comportements de santé".

Selon l'INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale), plus de 230.000 femmes sont atteintes d'anorexie en France et 5 à 10% des anorexiques feraient une tentative de suicide. Ce trouble du comportement alimentaire concernerait près de 1,5% de la population féminine de 15 à 35 ans.

Cette mention obligatoire est donc un premier pas pour abolir les diktats de minceur largement diffusés par des publicités toujours plus éloignées de la réalité.

Cette mesure ne sera peut-être pas suffisante, mais elle est nécessaire pour que chacun puisse prendre conscience du nombre de photos retouchées et de l'ampleur des retouches.

Une tendance en faveur de la beauté multiple

L'ampleur des photos retouchées dans le monde de la publicité dépasse largement tout ce qu'on peut imaginer.

On peut toutefois espérer que la mention "photo retouchée" obligatoire encouragera une autre tendance émergente : celle des corps non-retouchés et authentiques.

Récemment, la photo non retouchée du top Jasmine Tookes (âgée de 24 ans et égérie de Victoria's Secret la célèbre marque de lingerie) a fait le buzz car l'on y voit des vergetures et les internautes ont approuvé !




Un autre mannequin qui contribue à décomplexer les femmes et à leur donner envie d'assumer leurs défauts est Winnie Harlow.

Atteinte depuis l'âge de 4 ans de vitiligo, une dépigmentation de la peau, ce jeune mannequin canadien s'est imposé dans le milieu du mannequinat en devenant notamment l'égérie de Desigual :




De nouveaux critères de beauté apparaissent, comme en témoignent les mannequins grandes tailles et le hashtag #CelluliteSaturday qui encourage les femmes à ne plus cacher leur cellulite !

Kenzie Brenna, l'activiste qui a lancé ce hashtag sur les réseaux sociaux, souhaite prouver que la cellulite est quelque chose de banal et de tout à fait normal. C'est tout à fait vrai puisque 80 à 90% des femmes en ont...

Conclusion : vous n'êtes pas obligée de montrer votre cellulite sur Instagram comme Kenzie si vous n'en avez pas envie, mais vous pouvez très bien vivre avec !

Plus d'information :

Tag : photo retouchée, mention photo retouchée, mention photo retouchée obligatoire, photo retouchée mode, photo retouchée magazine, photo retouchée publicité, photo retouchée mannequin, prévention anorexie

Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis