Les Effets Spéciaux

Les effets spéciaux ont vu le jour en même temps que le cinéma. Nous vous proposons de retracer l’histoire de ces techniques cinématographiques depuis l’époque de Georges Méliès, où d’ingénieux bricolages à base de trompe l’œil étaient utilisés, jusqu’à l’ère des effets numériques et de Matrix.

Présentation

Les effets spéciaux ou trucages sont des techniques utilisées au cinéma pour créer l’illusion de certaines actions et simuler des objets, des personnages ou des phénomènes qui n’existent pas ou ne peuvent pas être filmés au moment du tournage.
Ces techniques peuvent intervenir pendant le tournage, après le tournage (en postproduction) ou par combinaison des deux.

Applications

Les effets spéciaux sont notamment utilisés pour reproduire certaines conditions météorologiques (pluie, chute de neige), pour tourner des scènes d’explosions, d’accidents ou de tremblement de terre tout en préservant les acteurs et les décors, ou encore pour intégrer à une scène de film des éléments imaginaires (extra-terrestres, monstres).
C’est pourquoi l’art du trucage a été plus particulièrement popularisé par les films fantastiques et de science-fiction.
Cependant, un effet spécial réussi doit paraître le plus réel possible et se faire oublier pour que le résultat soit crédible auprès du spectateur.

La naissance des effets spéciaux

Les effets spéciaux sont nés en même temps que le cinéma, assurant le succès des premiers films fantastiques comme Le Voyage dans la Lune (1902), Le Royaume des Fées (1903) et 20 000 lieues sous les mers (1907).
Le Français Georges Méliès, prestidigitateur et pionnier du cinématographe, fut le premier à utiliser des effets de trompe-l'œil, des arrêts de caméra (pour changer la position des objets ou des acteurs entre deux images) et des surimpressions (en tournant de nouvelles images par-dessus les premières prises).
À la même époque, les autres pionniers dans le domaine des trucages furent l'Espagnol Segundo de Chomón et le cinéaste américain Charley Bowers.

Evolution des techniques utilisées

L’invention du rotoscope par les frères Dave et Max Fleischer en 1914 a inauguré de nouvelles techniques de trucage, comme la retouche et le découpage d’images, qui permettent de supprimer certains éléments ou d’en ajouter d'autres.
Le film King kong, sorti en 1933, fut l’un des premiers à utiliser la manipulation d’une marionnette pour les gros plans, marquant les débuts de l’animatronique.
Cette technique, qui consiste à animer une créature robotisée pour lui donner une apparence de vie, a été utilisée pour recréer les dinosaures du film Jurassic Park en 1993.
En 1933, l’Homme invisible de James Whale utilise, pour masquer le comédien et rétablir les parties cachées du décor, une technique rudimentaire qui inspirera ensuite la technique de l’incrustation, l’un des principaux progrès des effets spéciaux.

L’avènement des effets spéciaux numériques

L’apparition des trucages numériques, au début des années 80, est venue compléter les effets manuels tels que les maquettes, les marionnettes et le maquillage.
L’amélioration des logiciels donne naissance à l’animation en 3D.
Le morphing, utilisé dès 1988 dans le film Willow, permet de transformer un visage ou un objet aux moyens de procédés informatiques.
En 1993, Jurassic Park, premier film reposant exclusivement sur les effets spéciaux, marque un tournant dans l’histoire des trucages.

Les techniques actuelles

De nombreuses techniques mises au point dans les années 1920-1930 sont toujours utilisées, par exemple l'emploi de câbles (ensuite masqués par traitement numérique) pour faire voler un personnage ou un objet, les décors peints et l’utilisation de maquettes.
Les effets spéciaux font par ailleurs appel à de multiples procédés liés à l’image et au son, notamment la synthèse d'image 3D, le traitement numérique des images, l’animation image par image, le ralenti et l’accéléré, mais aussi le bruitage.
Parmi les procédés les plus récents, la 3D temps réel permet de remplacer l'image d'un acteur par un habillage numérique, tandis que le bullet time permet de décomposer les mouvements des acteurs, par exemple pour mettre en valeur les combats dans Matrix.

Plus d'information :

Tag : effets spéciaux, effets spéciaux cinéma, trucages, histoire cinéma, films fantastiques



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis