Le Coeur Artificiel : Une Avancée Française

Le coeur artificiel : une avancée française

Le cœur artificiel total sur lequel l’équipe du Pr Carpentier travaille depuis 15 ans va être produit de façon industrielle. Déjà testée avec succès sur des animaux, cette bioprothèse pourrait faire l’objet d’essais chez l’homme d’ici deux ans et demi.

Présentation

Depuis de nombreuses années, plusieurs équipes dans le monde, en France, en Asie et aux Etats-Unis, travaillent à la mise au point d’un cœur artificiel total, qui pourrait se substituer au cœur naturel et apporter une réponse à la pénurie de greffons.

Aujourd’hui, grâce au Pr Alain Carpentier, spécialiste français des prothèses cardiaques, ce projet va passer de la recherche pure à l’application.

Le prototype qu’il a présenté en octobre 2008 va être produit de façon industrielle en vue d’essais sur l’homme dans deux ans et demi. C’est la société Carmat (contraction de Carpentier et de Matra) implantée en région parisienne qui va fabriquer les premiers cœurs artificiels.

Un espoir pour les patients

Ce prototype de cœur artificiel représente un espoir pour les patients en attente de greffon.
Fournir un cœur alternatif aux millions de personnes qui attendent une greffe était la motivation Première du Pr Alain Carpentier.

Dans deux ans et demi, il espère que sa machine, déjà testée avec succès sur le veau et le mouton, pourra être implantée sur un être humain.

L'aboutissement de 15 ans de travail

Le Pr Carpentier travaille depuis plus de 15 ans avec le groupe aérospatial EADS à ce projet de cœur artificiel total.

Le groupe européen de missiles, d’aéronautique et d’électronique a investi plus de 15 millions d’euros dans la conception de ce cœur synthétique.
Les ingénieurs en électronique de EADS, qui travaillent ordinairement sur le pilotage de missiles ou de satellites, ont apporté leur savoir-faire à ce projet.

Au final, cette machine reproduit la physiologie d'un cœur, avec deux ventricules activés séparément par deux pompes. Ce système de doubles pompes permet à la machine de s'adapter aux besoins du corps.

La prothèse est principalement composée de biomatériaux, c'est-à-dire des matières animales pour éviter les rejets et la formation de caillots. La coagulation du sang au contact d’un corps étranger était le principal obstacle à surmonter pour mener à bien ce projet.

Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis