Le Plan Radical D'un Homme Pour Résoudre L'inégalité Des Richesses

Le plan radical d'un homme pour résoudre l'inégalité des richessesImage ©Pxhere

L'économiste français Thomas Piketty affirme que l'inégalité est un choix politique. La solution ? Des impôts sur la fortune bien au-delà de tout ce qu'a imaginé Bernie Sanders.

Les ouvrages de Thomas Piketty

Il n'a pas sonné comme le billet le plus chaud de Paris : un débat sur le thème de la "propriété" entre deux économistes de la ville, Frédéric Lordon et Thomas Piketty, par une nuit de janvier dans une salle miteuse de la Bourse du travail, l'ancienne Bourse du travail. Pour être sûr, je suis arrivé 10 minutes plus tôt pour obtenir une bonne place - seulement pour trouver toutes les places prises. Des dizaines de fans déçus ont rempli le trottoir à l'extérieur.

Le livre de 753 pages de Piketty, Capital in the Twenty-First Century, publié en 2013, s'est vendu à 2,5 millions d'exemplaires dans le monde et a contribué à mettre l'inégalité à l'ordre du jour mondial. Mais son dernier livre, Capital et idéologie, encore plus épais, pourrait s'avérer encore plus influent. Ce livre n'est rien de moins qu'une histoire mondiale de l'inégalité et des histoires que les sociétés racontent pour la justifier, de l'Inde prémoderne aux États-Unis de Donald Trump. Il arrive juste au moment où la colère contre l'inégalité (dont une partie est générée par les travaux de Piketty) approche un point d'ébullition, et a été canalisée par un candidat à la Maison Blanche, Bernie Sanders.

Capital et idéologie s'appuie sur l'argument de longue date de Piketty selon lequel l'inégalité est montée en flèche dans le monde entier depuis 1980. Il propose des remèdes énergiques. Piketty veut imposer un impôt sur la fortune de 90 % sur tous les actifs de plus d'un milliard de dollars, et il fait preuve de nostalgie à l'égard des décennies d'après-guerre, lorsque les taux d'imposition marginaux supérieurs britanniques et américains étaient supérieurs à 80 %.

La plupart des informations de Piketty proviennent de la base de données sur les inégalités dans le monde (WID), qu'il a créée avec des collègues. Ce site web gratuit, auquel plus de 100 chercheurs ont contribué, prétend inclure "des séries sur l'inégalité des revenus pour plus de 30 pays, couvrant la plus grande partie du 20ème et du début du 21ème siècle, avec plus de 40 pays supplémentaires actuellement à l'étude". La couverture du WID s'internationalise de plus en plus, à mesure que s'y ajoute du matériel en provenance d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine. Le site tente maintenant d'élargir son champ d'action, en passant des revenus au domaine encore plus difficile à cartographier de la richesse.

La base de données sur les inégalités dans le monde a fait progresser tout le domaine de l'économie de l'inégalité. "Si vous travaillez sur les tendances en matière d'égalité dans le temps, en particulier si vous comparez les pays, vous travaillez probablement avec les données de son équipe", explique Mark Stabile, professeur d'économie à l'INSEAD, une école de commerce de la banlieue parisienne.

À une époque où les plates-formes technologiques concentrent sans doute la richesse entre les mains d'un nombre décroissant de personnes dans la vallée, le plaidoyer de M. Piketty en faveur d'une fiscalité beaucoup plus élevée a attiré l'attention des progressistes et des radicaux du monde entier.

Les origines de Thomas PIKETTY

THOMAS PIKETTY est né en 1971 dans la banlieue parisienne, de parents qui n'avaient pas terminé leurs études secondaires, mais qui ont été marqués en partie par la révolution étudiante de 1968. Militants trotskistes pendant un temps, ils sont toujours restés de gauche. Pendant trois ans, ils ont élevé des chèvres et vendu du fromage sur les marchés du sud-ouest de la France, bien que sa mère soit devenue plus tard institutrice et son père technicien de recherche.

"Mon père vient d'une famille parfaitement bourgeoise où ils étaient tous très à droite, mais ma mère a une origine beaucoup plus modeste", me dit Piketty lorsque nous nous rencontrons dans son bureau de 12 mètres carrés sur un boulevard démodé à la pointe sud de Paris. A quarante-huit ans, il respire l'énergie et les données, soupirant avec impatience à toute question qu'il juge stupide, et parlant en phrases rapides qui se chevauchent, dans un anglais presque parfait avec un accent français presque caricatural. "Pour être honnête, quand j'avais 15 ou 20 ans, je n'étais pas très convaincu par l'activisme de gauche de mes parents dans les années 70, qui ne leur a pas apporté beaucoup de succès dans leur trajectoire professionnelle".

Il était proche de son grand-père, directeur général de l'ancienne entreprise familiale d'exploitation de carrières, Piketty Frères. "Très à droite mais un beau personnage", se souvient-il. "Ils prenaient des pierres dans le sol de la région parisienne pour construire des routes - le métro de Paris a été construit dans l'entre-deux-guerres en utilisant beaucoup de cette pierre. C'est comme Obélix, le quartier de pierre dans les histoires d'Astérix; si vous voulez. Il était toujours très fier de lui, fier de faire venir des ouvriers d'Italie ou d'ailleurs pour leur donner de meilleurs salaires. La seule raison pour laquelle j'étais en colère contre lui, c'est que ma grand-mère était très malheureuse. Elle était censée rester à la maison et s'occuper des enfants. Elle avait été mise dans une position de domination permanente, et c'est le pire aspect de cette idéologie du PDG soutien de famille".

Piketty a excellé dans la matière la plus prestigieuse de l'enseignement français, les mathématiques. À l'âge exceptionnellement jeune de 18 ans, il est admis à l'École normale supérieure, la plus purement académique des grandes écoles françaises très sélectives. À peu près à la même époque, le mur de Berlin tombe et il commence à voyager en Europe de l'Est. Cette expérience en a fait un capitaliste convaincu. "C'était choquant de voir à quel point ces pays se portaient mal", se souvient-il. "Des magasins vides et des rues grises. Pour moi et, je suppose, pour beaucoup de gens, cela a contribué dans les années 1990 à donner le sentiment que nous devions nous éloigner de ces idées folles et faire confiance à beaucoup plus de forces du marché et de concurrence".

En 1993, à 22 ans, il a obtenu un doctorat primé sur la répartition des richesses et est immédiatement devenu professeur assistant dans le département d'économie du MIT. "Il a toujours tout fait deux ans avant tout le monde et deux fois plus vite", dit son ami Thomas Philippon, un économiste français qui l'a suivi au MIT et qui est maintenant professeur à l'université de New York. La plupart des économistes français admirés aujourd'hui - les prix Nobel Esther Duflo et Jean Tirole, l'ancien économiste en chef du Fonds monétaire international Olivier Blanchard, ainsi que le collaborateur de Piketty Emmanuel Saez - sont passés ou ont séjourné au MIT. L'économie française se concentre traditionnellement sur les problèmes du monde réel, et en particulier sur les finances publiques - l'étude du rôle du gouvernement dans l'économie.

Piketty a donné un cours sur l'économie de l'inégalité. C'était une époque où la plupart des jeunes gens brillants étaient des clones de la politique centriste. Le communisme avait échoué, et le marché allait soulever tous les leviers, avec un peu de direction. "Je ne sais pas si j'étais clintonien ou blairiste", dit Piketty, "mais j'ai certainement senti que cette nouvelle gauche ou ce nouveau centre-gauche, ou ce nouveau centre-pas-gauche, était la voie à suivre".

Il a également été influencé par les anciens de Reagan comme l'économiste de Harvard Martin Feldstein. L'opinion dominante dans cette partie de la profession économique américaine était que "les taux marginaux d'imposition très élevés dans les années 50, 60 et 70 ont eu toutes sortes d'effets pervers. Les PDG étaient payés avec des voitures de luxe et des avantages, et au moins maintenant, après les réformes Reagan, ils sont payés en liquide, ce qui est plus efficace". Je répétais à mes étudiants ce que j'avais appris. Il m'a fallu beaucoup de temps pour réaliser à quel point ce genre de discours avait peu à voir avec les analyses factuelles et beaucoup à voir avec l'idéologie".

Il est rapidement déçu par sa profession. Beaucoup d'économistes, dit-il, "prétendent avoir développé une science qui est tellement scientifique que personne d'autre ne peut la comprendre". Bien sûr, c'est une grosse blague. Aux États-Unis, les gens des départements d'économie se sentent plus intelligents que tout le monde, ce qui, après deux ans au MIT, ne m'a pas semblé particulièrement convaincant. Je me suis dit : si je reste là-bas, je vais devenir comme eux. Je ne veux pas être méchant, mais je pense que nous en savons très peu en économie, en sciences sociales. Le mieux que nous puissions faire est d'essayer de collecter quelques données historiques et d'essayer de les interpréter". Il est donc retourné à Paris, où les universitaires gagnaient moins et où l'économie avait "très peu de prestige", pour devenir quelque chose entre un spécialiste des sciences sociales et un historien.

En 2001, il a publié une étude historique admirée sur les hauts revenus français au XXe siècle. En 2006, il a contribué à la fondation de l'École d'économie de Paris et en est devenu le premier directeur. Son prestige s'est accru, bien que l'économie de l'inégalité soit restée un peu en retrait sur le plan professionnel. Pendant ce temps, il vit avec la politicienne socialiste Aurélie Filippetti. En 2009, elle l'accuse de violence domestique. Après qu'il se soit excusé, elle a retiré l'accusation - "dans l'intérêt des familles et des enfants", a-t-elle déclaré plus tard. Le procureur général a abandonné toutes les accusations. (Sur cette affaire, l'avocat de Piketty déclare "Le 16 septembre 2009, après une enquête approfondie des accusations, les charges contre Thomas Piketty ont été abandonnées. Le procureur a conclu, après des investigations approfondies, soit que les faits portés à sa connaissance ne pouvaient être interprétés comme un délit, soit qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves pour obtenir une condamnation par un tribunal, soit qu'une telle condamnation était hautement improbable"). Piketty, qui a trois filles, est aujourd'hui mariée à l'économiste Julia Cagé

Lorsqu'il a commencé à travailler sur le Capital au XXIe siècle, il avait un avantage sur les auteurs précédents sur l'inégalité : une base de données historique sans précédent sur les impôts, les revenus et la richesse, principalement sur les États-Unis et quelques pays européens. "La principale particularité de ma réflexion est que je peux fonder mes analyses sur des séries de données jusqu'à aujourd'hui", dit-il. En revanche, il remarque avec sympathie que Karl Marx disposait de "données très fines".

Théorie sur l'économie et le capitalisme

Le capitalisme au XXIe siècle, Piketty a rassemblé ses données pour montrer que le taux de rendement du capital a généralement dépassé le taux de croissance économique. Cela signifie que les propriétaires de richesses s'enrichiront de plus en plus par rapport aux revenus ordinaires, à moins que des chocs extraordinaires ou des impôts élevés ne détruisent la richesse.

Les chocs et les impôts expliquent la seule période d'égalité relative dans l'histoire occidentale, 1914-1980. Les guerres mondiales, les révolutions communistes et l'inflation se sont combinées à des impôts élevés pour décimer les biens des riches. Franklin D. Roosevelt et les partis sociaux-démocrates européens, qui cherchaient désespérément à dissuader les travailleurs de s'engager dans le bolchevisme, ont supervisé une redistribution des richesses aux pauvres. De 1932 à 1980, les taux marginaux supérieurs d'imposition sur le revenu étaient en moyenne de 81 % aux États-Unis et de 89 % en Grande-Bretagne, a calculé Piketty. Les riches Américains payaient également des impôts d'État sur le revenu, et des droits de succession plus élevés que les riches Européens.

Mais à partir de 1980, Reagan, Thatcher et leurs acolytes, ainsi que les régimes post-communistes de l'ex-URSS et de la Chine, ont rétabli la tendance à l'inégalité. Selon Stabile, dans la plupart des pays, cette tendance s'est arrêtée vers 2000. Cependant, l'inégalité n'est devenue un point urgent de l'agenda politique qu'après la crise financière de 2008, lorsque la colère a augmenté autour du "1%" (un concept largement popularisé par Piketty).

Le capital au XXIe siècle a parlé de la rage d'après-crise. L'écriture de Piketty était engageante, claire et parsemée de vignettes sur la richesse historique de Balzac et Jane Austen. Improbable, elle a atteint la première place de la liste des best-sellers du New York Times. (Pourtant, tout le monde n'a pas réussi à s'en sortir. Jordan Ellenberg, mathématicien à l'Université du Wisconsin, a montré que les cinq passages que les lecteurs ont le plus mis en évidence sur Kindle se trouvaient dans les 26 premières pages du livre).

Peu d'économistes universitaires dans la quarantaine consacrent leur temps de recherche limité à écrire de longs livres, alors que ce sont généralement les articles qui font avancer leur carrière. Philippon de NYU estime que le choix de Piketty était particulièrement français. "Nous, Français, avons un respect fétichiste pour les livres", dit-il. "Nous pensons que les livres sont cool, même s'il n'est pas clair que c'est le meilleur usage de notre temps ou que l'académie le veut." Et lorsque vous écrivez un livre, ajoute-t-il, vous revenez souvent sur des sujets qui vous ont fasciné à l'école, avant que vous n'entriez dans votre domaine. Dans le cas de Piketty, c'était Balzac.

Philippon note une autre particularité française dans l'œuvre de Piketty : alors que de nombreux universitaires américains sont heureux dans la tour d'ivoire, "si vous êtes français, vous pensez que c'est votre travail, si c'est faisable, de participer au débat public". Parce que Piketty a privilégié la communication avec le grand public plutôt que d'impressionner ses pairs, le premier prix Nobel d'économie pour la recherche sur les inégalités pourrait plutôt aller à son ami Saez.

Les marchés du capital au XXIe siècle ont fait de Piketty lui-même un centre d'un pour cent. Comment cela l'a-t-il affecté ? Il hausse les épaules : "En tant que professeur, j'étais déjà dans les cinq premiers pour cent de la distribution des revenus, et avec les droits d'auteur, je suis passé au premier pour cent ou 0,1 pour cent, donc ce n'est pas comme si j'étais très bas au départ. J'aurais aimé payer 90 % d'impôts sur mes droits d'auteur. J'ai payé environ 60 %, mais je pense que ce n'est pas suffisant. Premièrement, les livres sont aussi des marchés spéculatifs, donc quand vous vendez 2,5 millions d'exemplaires, cela ne veut pas dire que votre livre est 1000 fois meilleur que quelqu'un qui en a vendu 2500. Je ne suis pas naïf à ce sujet. Je sais qu'à un moment donné, tout le monde veut lire le même livre - ou acheter le même livre. Je sais aussi que ce livre est le fruit d'un projet de recherche collectif. J'ai bénéficié d'un système d'éducation publique, du travail de centaines de chercheurs qui n'ont pas tous obtenu des droits d'auteur pour cela. Si je n'avais conservé que dix pour cent des droits d'auteur, cela aurait déjà sérieusement entamé mon salaire universitaire. Il n'y a vraiment aucun intérêt à donner plus que cela".
Après quelques années passées à parcourir le monde, à promouvoir son livre et à exploiter de nouvelles sources de données, de l'Inde au Brésil, il est revenu à sa vie d'érudit. Chaque jour de la semaine, vers 7h30, il se rend à pied de son appartement près de la gare du Nord au métro de Paris. Il se rend à 25 minutes au sud sur la ligne 4 du métro, passant sous une carte postale du centre de Paris où beaucoup de ses collègues passent leur vie, jusqu'à l'École d'économie de Paris, juste à l'intérieur du périphérique. Il y est assis pour lire, réfléchir et écrire de 8h à 19h30. (Piketty vit le rêve de l'universitaire de ne pas enseigner aux étudiants de premier cycle).

Le capitalisme du XXIe siècle, malgré toutes ses ventes, a eu un impact politique modeste. Il est apparu pendant une phase de politique centriste à l'ouest : Barack Obama, David Cameron, Matteo Renzi et, en France, François Hollande. "Je me souviens avoir eu un débat public avec Elizabeth Warren en 2014 à Boston, où elle hésitait beaucoup sur l'impôt sur la fortune", dit Piketty. "Bernie Sanders ne proposait pas à l'époque un impôt fédéral sur la fortune."

Les politiciens de gauche n'avançaient pas. Piketty a brièvement conseillé Jeremy Corbyn, mais il a démissionné sous la pression du travail. Il a conseillé le socialiste français Benoît Hamon lors des élections de 2017, mais Hamon a obtenu un embarrassant 6 % des voix.

Le nouveau livre de Piketty, Capital et idéologie, publié en français en septembre 2019 et en anglais en mars 2020, coïncide avec ce qui pourrait prouver une plus forte attaque de la gauche contre les citadelles. Aux États-Unis, ses collaborateurs Saez et Gabriel Zucman à Berkeley ont simultanément conseillé Sanders et Warren, qui ont tous deux proposé un impôt sur la fortune, lors de leur campagne pour l'investiture du parti démocrate.

Le constat des inégalités

CAPITAL ET IDEOLOGIE part du principe que l'inégalité est un choix politique. C'est un choix de société, et non le résultat inévitable de la technologie et de la mondialisation. Pour Piketty, l'histoire est une bataille d'idées.

Toute société inégale, dit-il, crée une idéologie pour justifier l'inégalité - qui permet aux riches de s'endormir dans leur maison de ville tandis que les sans-abri gèlent dehors. Il rappelle les justifications qui reviennent tout au long de l'histoire : "La richesse va s'écouler". "Les riches la rendront grâce à la philanthropie". "La propriété, c'est la liberté". "Les pauvres ne méritent pas d'être pauvres". "Une fois que vous aurez commencé à redistribuer les richesses, vous ne saurez plus où vous arrêter". "Le communisme a échoué". "L'argent ira aux Noirs" - un argument qui explique, selon Piketty, pourquoi l'inégalité est extrême dans des pays avec des divisions raciales historiques comme le Brésil, l'Afrique du Sud et les Etats-Unis.

Une autre justification courante est que les riches méritent leur richesse. Piketty, qui décrit des entrepreneurs tels que Jeff Bezos et Mark Zuckerberg comme des "oligarques", n'est pas d'accord. Il souligne que les deux hommes ont bénéficié des infrastructures publiques, de l'éducation publique, de décennies d'informatique et de l'invention de l'internet. Il soupire, exaspéré : "Parce qu'ils possèdent 100 milliards de dollars dans l'état actuel du système juridique, l'état actuel du système fiscal, la façon dont l'économie internationale est organisée, les gens disent : "OK, 100 milliards de dollars, c'est exactement le bon niveau". Mais avec un système juridique différent, une fiscalité internationale différente, cela pourrait être 200, cela pourrait être 50. Alors, quelle serait l'histoire ? Quel que soit le niveau qu'ils atteindront, ce sera le meilleur ? Ce type de sacralisation d'individus particuliers est une forme de pensée religieuse. Les gens qui utilisent ce genre d'argument : "Il est grand, donc-" donc quoi ? Par conséquent, nous devrions le subventionner pour qu'il soit encore plus riche ?"

Toutes ces justifications de l'inégalité s'ajoutent à ce que Piketty appelle la "sacralisation de la propriété". Mais aujourd'hui, écrit-il, ces justifications se sont effilochées. De moins en moins de gens les croient. On croit de plus en plus que la soi-disant méritocratie a été subvertie par les riches, qui font entrer leurs enfants dans les meilleures universités, achètent des politiciens et évitent de payer des impôts.

Capital et idéologie s'appuie sur un ensemble de données plus global que le livre précédent. Piketty a rassemblé ses chiffres en une image choquante. Au Moyen-Orient, la région la plus inégale du monde, les dix premiers pour cent gagnent 64 % de tous les revenus. La Russie - qui a connu de 1990 à 2000 la plus forte augmentation des inégalités jamais enregistrée dans le WID - et la Chine, théoriquement communiste, n'ont pas de droits de succession du tout, s'émerveille Piketty. "Ils ont tout privatisé aux personnes proches du régime politique, et ils peuvent ensuite tout transmettre avec un impôt de zéro pour cent."

Même dans une Europe relativement égalitaire, la concentration des richesses est "stupéfiante" et ne cesse de croître : "Les 40 % les plus pauvres possèdent à peine 5 % des richesses, tandis que les 10 % les plus riches en possèdent 50 à 60 %".

Mais ce sont les données de Piketty pour les États-Unis qui sont si époustouflantes qu'il faut parfois lire une phrase deux fois pour être sûr qu'elle dit bien ce que l'on pense. Les 1% des Américains les plus riches gagnent aujourd'hui plus de 20% du revenu national ; les 50% les plus pauvres n'en gagnent que 12%. En 2015, le revenu moyen d'un Américain se situant dans la tranche supérieure d'un pour cent était de 1,3 million de dollars. Pour ceux de la moitié inférieure, il était de 15 000 dollars, un chiffre pratiquement inchangé depuis 40 ans. Cinq ans plus tard, il est d'environ 16 000 dollars.

Théorie économique et sociale

Les chiffres de Piketty sont rigoureusement établis, mais ses données font l'objet d'interminables discussions. Le Financial Times a contesté son affirmation selon laquelle la concentration des richesses a augmenté en Europe depuis 1970. Mais le point le plus important est que les chiffres sur l'inégalité parlent rarement d'eux-mêmes. Cela signifie que les économistes doivent faire preuve de jugement. Il est difficile de savoir quelle était la richesse ou le revenu des gens dans le passé ou même aujourd'hui. Les riches cachent souvent leur argent, et quant aux pauvres, il est difficile de quantifier les avantages comme les bons d'alimentation ou les soins de santé fournis par le gouvernement. Quand Obama a étendu Medicaid à des dizaines de millions d'Américains pauvres, cela doit-il être considéré comme une augmentation de leurs revenus ? Si oui, de combien ?

Piketty reconnaît le caractère obscur de nombreuses données sur l'égalité. Il se plaint qu'à notre époque supposée des grandes données, il y a une "grande opacité" sur les finances des gens, en partie à cause de la crainte de certains gouvernements et des riches que si les chiffres étaient connus, il y aurait plus de pression pour augmenter les impôts. Il s'étonne que même les gouvernements et les banques centrales tentent souvent de compléter leurs connaissances en étudiant les classements plutôt inexacts des milliardaires du magazine Forbes. Piketty a mis toutes ses données en ligne, pour que les critiques puissent les critiquer.

Pour illustrer les problèmes d'interprétation des données, prenons le revenu moyen de la moitié inférieure de l'Amérique. Selon Piketty, si vous attribuez une valeur monétaire aux soins de santé fournis par le gouvernement, leurs revenus moyens s'élèvent à environ 20 000 dollars. "Maintenant, le problème est que cette augmentation de 4 000, 5 000 dollars sur quatre décennies, eh bien, d'abord, ce n'est pas beaucoup. Cela représentera une semaine de travail pour les dix premiers pour cent, ou un jour de travail pour le premier pour cent". En d'autres termes, dit-il, même si l'on admet que les soins de santé gratuits dont bénéficie une personne pauvre valent environ 4 000 dollars, cette somme ne permet d'acheter qu'une journée d'attention à un médecin faisant partie du premier pour cent des revenus. Ainsi, la valeur monétaire élevée des soins de santé américains reflète en grande partie l'envolée des revenus des médecins et des sociétés pharmaceutiques, et pas tellement le bien-être des bénéficiaires de soins de santé à faible revenu.

Piketty conclut que, quelle que soit la façon dont on la mesure, l'inégalité mondiale, même en Europe, semble hideuse. Les remèdes qu'il propose sont drastiques. Il appelle à une "justice éducative", c'est-à-dire à consacrer la même somme à l'éducation de chaque personne. Il est favorable à ce que les travailleurs aient leur mot à dire sur la gestion de leurs entreprises, comme en Allemagne et en Suède. Mais sa principale proposition concerne l'impôt sur la fortune.

Loin de vouloir abolir la propriété, il propose de l'étendre à la moitié inférieure de la population qui, même dans les pays riches, n'a jamais beaucoup possédé. La diffusion de la richesse, dit Piketty, nécessite de redéfinir la propriété privée comme "temporaire" et limitée : on peut en profiter avec modération, mais on ne peut pas la transmettre à ses enfants. Il note que les taux d'imposition très élevés n'ont pas empêché une croissance rapide dans la période 1950-1980. Cependant, aucun homme politique de premier plan ne pousse aujourd'hui la proposition de Piketty d'un impôt de 90 % sur la richesse de plus d'un milliard de dollars. Même M. Sanders, qui est favorable à un impôt sur la fortune sur les 0,1 % les plus élevés des États-Unis (c'est-à-dire sur tous les couples mariés disposant de 32 millions de dollars et plus), ne propose qu'un taux maximal de 8 % sur les richesses supérieures à 10 milliards de dollars.

Pourtant, Piketty est un optimiste. Ses données montrent une égalité croissante à long terme. "Vous voyez l'augmentation de l'impôt progressif et le déclin des inégalités", dit-il. "Les plus grands succès de l'histoire de l'humanité ont été la construction de ce système fiscal équitable, la fondation d'un système d'éducation publique, d'un système de santé publique."

Qu'en est-il des inégalités croissantes depuis 1980 ? "Par rapport à l'évolution à long terme, c'est un très petit retournement de situation. Les sociétés d'aujourd'hui sont beaucoup plus égales qu'il y a 100 ans. Et il y a 100 ans, elles étaient à bien des égards plus égales qu'il y a 200 ans".

Cependant, il met en garde : "Ce processus n'est pas linéaire. De plus, ce n'est pas un processus déterministe. Vous avez des choix". Il ne croit pas que les personnes confrontées à l'inégalité choisiront inévitablement l'égalitarisme. "Malheureusement, il y a une autre réponse possible, qui est plus de nationalisme et de politique identitaire et l'accent mis sur les frontières. C'est une voie beaucoup plus facile à suivre. C'est beaucoup plus facile à expliquer à la population".

Si les gens sont libres de choisir la voie à suivre, ce qui compte, c'est de les persuader : "Quand les opinions changent, cela peut changer le monde très rapidement." Piketty évoque la Suède qui, de 1910 à 1950, est passée du paradis des riches (où seuls les riches pouvaient voter, et où les votes des plus riches comptaient le plus) à l'une des sociétés "les plus égalitaires" de l'histoire. "Ce n'est pas vraiment dû à la guerre", dit-il. "La première ou la deuxième guerre mondiale n'a eu qu'une importance limitée en Suède. C'est plutôt dû à la mobilisation et à l'évolution des opinions des gens normaux et à l'équilibre changeant du monde".

Plus d'information :

Tag : politique, économie, société, économiste, universitaire, recherche, livre, auteur, Piketty, société, égalité, inégalité, système, olligarchie, politique, richesse, répartition , inégalité, dollars, français, capital, impôt, États-Unis, inégalités, idéologie, histoire, Thomas Piketty, 1980, Santé, xxie siècle, Europe, économiste, MIT, droits d'auteur, Paris, éducation, Reagan, Suède, base de données, historique, gouvernement, MIS, Bernie Sanders, capitalisme, Modeste, Brésil, France, Anglais, Métro de Paris, 2009, PDG, Ecole d'Economie de Paris, pression, communisme, sciences sociales, genre, argent, centriste, fiscalité, taux d'imposition, droits de succession, Chine, Afrique, 2000, 1950, Inde, sacralisation,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis