Les Tropéziennes : L'histoire Des Indémodables Sandales

Les tropéziennes : l'histoire des indémodables sandales

Emblématiques de Saint-Tropez, les sandales tropéziennes sont nées dans ce petit village de pêcheurs en 1927. Nous vous proposons de retracer l’histoire de ces chaussures mythiques, aujourd’hui commercialisées dans le monde entier.

La naissance des tropéziennes

Les tropéziennes sont nées dans le célèbre petit village de Saint-Tropez dans les années 1930. Dominique Rondini a lancé un premier modèle de ces sandalettes en cuir en 1927.

Cela fait donc plus de 80 ans que la maison Rondini, la plus ancienne de Saint-Tropez, fabrique les fameuses chaussures à lanières. Des personnalités comme Colette ou Marlène Dietrich s’y chaussaient déjà !

Aujourd’hui encore, la production y est artisanale et chaque pièce est élaborée à la main.
La boutique atelier propose toutes sortes modèles dans différents cuirs (python, chevreau...) et coloris.

Les spartiates tropéziennes de K.Jacques

Si la maison Rondini a été l’une des pionnières dans la fabrication des tropéziennes, elle n’est pas la seule à perpétuer la tradition des sandalettes de cuir.

En 1933, M. et Mme Kéklikian Jacques ouvrent une petite boutique de sandales à Saint-Tropez rue Allard. Le logo K.Jacques naît en 1970.

Aujourd’hui, cette marque est diffusée dans plus de 300 points de vente à travers le monde, dont la plupart aux Etats-Unis. 70% de la production est exportée sur les 5 continents : Europe, Amérique du Nord, Afrique, Asie, Australie. La marque collabore aussi avec de grands noms de la mode comme Karl Lagerfeld, Chacok ou Kenzo.

Les indémodables tropéziennes

A Saint-Tropez, berceau de la production, seuls les ateliers Rondini et K.Jacques fabriquent les véritables tropéziennes : des modèles uniques, dont chaque paire nécessite en moyenne une heure de travail.

Vernie, noire, couleur or, argent ou cuir naturel, la sandale star de l’été se décline à présent pour tous les goûts.

Mais attention, les imitations sont nombreuses ! Deux fois moins chères, elles sont aussi beaucoup moins solides…

Plus d'information :

Visitez le site : http://www.rondini.fr/

Tag : tropéziennes, les tropéziennes, spartiates tropéziennes, chaussures tropéziennes, sandales tropéziennes, les tropéziennes chaussures, tropeziennes, les tropeziennes, Rondini, K.Jacques, histoire des tropéziennes



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis