Retour De Thomas Pesquet : Qu'est-ce Que Le Mal De Terre Dont Souffrent Les Astronautes ?

Retour de Thomas Pesquet : qu'est-ce que le mal de Terre dont souffrent les astronautes ?Image ©NASA Johnson

Ce mardi 9 novembre, l'astronaute français Thomas Pesquet est revenu sur Terre après 6 mois passés dans la Station spatiale internationale. Mais quitter l'apesanteur pour retrouver la gravité terrestre n'est pas sans effets secondaires désagréables. Nous vous proposons de découvrir en quoi consiste le mal de Terre dont souffrent les astronautes à leur retour de l'espace.

Une nécessaire réadaptation

À son retour sur notre Planète Bleue, Thomas Pesquet, 43 ans, va subir toute une batterie de tests médicaux. Il va aussi devoir se réadapter à la vie terrestre.

Après environ 200 jours passés à bord de la Station spatiale internationale (ISS), l’astronaute français va devoir réapprendre à se tenir debout, un peu comme un petit enfant qui apprend à faire du vélo.

Dans l'ISS, les astronautes se déplacent en effet en flottant, sans aucun effort physique. Ils sollicitent beaucoup moins leurs muscles et leurs os.

Cela fait 6 mois que Thomas Pesquet et ses coéquipiers n'ont pas marché sur la terre ferme, ce qui perturbe aussi le système d'équilibre de l'oreille interne.

En règle générale, au bout de quelques heures ou d'une journée tout au plus, les personnes qui reviennent de l’ISS peuvent marcher toutes seules, mais il leur faut quelques jours pour pouvoir courir à nouveau.

Les symptômes désagréables du mal de Terre

Dans les premières heures qui ont suivi son amerrissage au large de la Floride, Thomas Pesquet a fait, pour la deuxième fois, l'expérience du mal de Terre.

Heureusement pour lui, les médecins ont observé que lorsqu'un astronaute vole pour la deuxième fois, c'est un peu plus facile que la première fois.

Les symptômes de ce mal ont été étudiés et sont désormais bien connus :
• de fortes nausées, voire des vomissements
• une perte d'équilibre
• une grande fatigue
• des douleurs musculaires.

Dès leur retour sur notre planète, les astronautes retrouvent la gravité terrestre et tout leur corps semble peser très lourd : la tête, les bras et les jambes.

Leur tension artérielle risque d'être basse car, en apesanteur, le sang circule dans un sens différent. Si elle est trop faible, il y a même un risque de syncope.

C'est pourquoi, dans les premières heures considérées comme "critiques", les médecins surveillent de près les astronautes et leur pression artérielle.

Ils leur font aussi passer des examens neurologiques car leur corps a flotté pendant 6 mois en apesanteur et leur système d'équilibre doit se réhabituer à la gravité.

Après leur atterrissage, certains astronautes sont incapables de se mettre debout en raison de cette perte d’équilibre, mais aussi de la perte musculaire et osseuse.

C’est pourquoi les astronautes sont accompagnés d'un chaperon, chargé de les soutenir et de les aider à se déplacer. Il faut éviter qu'ils se blessent en tombant, d'autant que la perte de densité osseuse augmente le risque de fracture.

Des mesures préventives existent

Pour éviter que le retour sur Terre ne soit trop violent pour les astronautes, les scientifiques l'anticipent dès le début de la mission.

À bord de l'ISS, les membres de l’équipage ont l'obligation de faire 2 heures de sport par jour, sous forme de musculation, de vélo ou de course.

Avant de repartir sur Terre, ils doivent aussi boire de l'eau salée pour augmenter artificiellement leur volume sanguin : cela permet de réhydrater l'organisme et de prévenir les syncopes à leur retour.

Grâce à ces mesures de prévention du mal de Terre, la majorité des astronautes récupèrent leurs fonctions en quelques heures, même après un séjour de plusieurs mois en microgravité.

C'est un peu plus long pour l'oreille interne et la masse musculaire, et encore plus long pour le système osseux qui met plusieurs semaines à retrouver sa masse initiale.

La manière dont chaque astronaute vit ce retour sur Terre est difficile à prévoir car les symptômes varient en fonction des individus, de la qualité de leur préparation et de leur entraînement.

Un programme de remise en forme

Après avoir passé les premiers examens médicaux à Houston, Thomas Pesquet va s'envoler pour Cologne en Allemagne où se trouve le siège de l'ESA, l’agence spatiale européenne.

En effet, même s'il est rentré sur Terre, la mission de Thomas Pesquet n'est pas finie. Il va devoir continuer à faire du sport pour retrouver sa masse musculaire et osseuse de départ.

L’astronaute français va suivre pendant 3 semaines un intense programme de remise en forme afin de retrouver toutes ses fonctions et de rester en bonne santé.

Il va devoir faire retravailler les muscles qui soutiennent sa colonne vertébrale et qui sont restés inactifs pendant 6 mois. Parallèlement, les médecins vont continuer à surveiller son flux sanguin, sa vision et son système immunitaire. Son système immunitaire, affaibli après son séjour spatial, mettra environ 2 semaines à récupérer.

L'astronaute servira aussi de cobaye pour la science. Il sera étudié sous toutes les coutures afin de collecter des données scientifiques sur l'effet de la microgravité sur le corps humain.

Ce programme contraignant ne l'empêchera pas de voir ses proches. Il espère ensuite prendre une semaine de vacances bien méritée, la première depuis de nombreux mois.

Plus d'information :

Quizz sur cet article : Combien de temps Thomas Pesquet a-t-il passé dans la Station spatiale internationale en 2021 ?

Tag : Thomas Pesquet, retour de thomas pesquet, mal de terre, mal de terre des astronautes, symptômes des astronautes au retour sur terre, quels sont les symptômes au retour d'un voyage dans l'espace, mal de terre cosmonautes, , astronautes, Thomas Pesquet, astronaute, ISS, 6 mois, equilibre, français, Médecins, Risque, apesanteur, Programme, musclés, microgravité, Système D, oreille interne, masse musculaire, Sport, vélo, Corps, Station spatiale internationale, Planète, système immunitaire, gravité terrestre, Jour, masse, symptômes, système osseux, MET, musculation, Course, Eau, prévention, syncopes, salée, Organisme, Volume, entraînement, corps humain, Données, coutures, cobaye, Vision, flux sanguin, inactifs, colonne vertébrale, Santé, Agence spatiale européenne, ESA, Siège, Allemagne,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis