Les Funérailles écolo : Un Phénomène En Vogue

Les funérailles écolo : un phénomène en vogue

Si vous êtes un écologiste convaincu, sachez que vous pouvez mourir comme vous avez vécu. Les funérailles écolo sont tendance en Europe et se développent en France. Voici un petit tour d'horizon des solutions existantes pour respecter l'environnement jusqu'à son dernier voyage.

Un phénomène venu d'Angleterre

Les préoccupations environnementales gagnent peu à peu tous les domaines de la vie et même... de la mort. Le concept de funérailles écolo s'est développé à partir de 2008 en Angleterre, après que le Natural Death Center (http://www.naturaldeath.org.uk/) ait organisé un salon dédié aux obsèques vertes.

Pour répondre à une demande croissante de leur clientèle, les entreprises de pompes funèbres et les cimetières rivalisent d'inventivité pour proposer des obsèques écologiques. On a vu ainsi apparaître sur le marché des urnes funéraires en fibres naturelles et des cercueils biodégradables.

Des alternatives moins polluantes

L’objectif de funérailles écolo est bien sûr de limiter l'impact des obsèques sur l’environnement. Pour cela, vous pouvez tout d'abord refuser les soins de conservation du corps qui utilisent des produits chimiques.

Vous pouvez aussi choisir un cercueil écologique. Il en existe de plusieurs sortes en bois certifié bio, en fibres naturelles et même en carton. Assemblés sans colle, ni formaldéhyde, ils sont entièrement biodégradables. A l’intérieur de la bière, les matières utilisées sont elles aussi naturelles (de l'amidon de maïs et du coton bio notamment).

Pour en savoir plus sur les cercueils écologiques, vous pouvez consulter le site de la société française AB Crémation : http://www.ab-cremation.com/. Leurs cercueils en carton, vendus 350€ environ, sont biodégradables et ne mettent que 45 minutes à brûler, contre deux heures en moyenne pour un cercueil en bois.

Quant à la cérémonie elle-même, sachez que la crémation est un procédé polluant qui émet du CO2 et des gaz polluants dans l’atmosphère. Il est toutefois difficile d'améliorer son bilan carbone posthume.

Des procédés plus respectueux de l'environnement existent mais ne sont pas encore utilisés en France. Il s'agit par exemple de la promession qui consiste à congeler le corps du défunt dans de l’azote liquide afin de le rendre friable et à réduire en poudre 100% biodégradable. En Ecosse, un autre procédé consistant à tremper la dépouille dans une solution alcaline a été expérimenté. Ce processus appelé resomation permettrait d'économiser jusqu'à 85% d'énergie.

Une dernière demeure au vert

Pour organiser des funérailles écolo, il faut aussi choisir le lieu où enterrer son urne ou son cercueil. Selon le Natural Death Center, le nombre de cimetières écologiques a doublé entre 2000 et 2009 et près de 9000 personnes s’y font inhumer chaque année.

En Australie, un parc pour enterrement naturel a été créé pour les habitants de Sydney. En Allemagne, les urnes biodégradables peuvent être déposées dans un cimetière forestier près de Sarrebruck. Il suffit d'y louer un arbre pour reposer entre ses racines, au coeur de la forêt.

Plus étonnant encore, une entreprise de pompes funèbres américaine transforme les cendres des défunts en récifs sous-marins ! Ce concept, baptisé "Eternal reefs" (récifs éternels) s'adresse bien sûr aux amoureux de la mer.

En France, il existe un parc funéraire appelé Les arbres de mémoire (lien ci-dessous), où vous pouvez faire enfouir vos cendres dans une urne biodégradable. Une plaque botanique permet d'associer le nom de la personne à celui de l'arbre. Les urnes deviennent du compost et font grandir les arbres. Difficile d'être plus proche de la nature.

Plus d'information :

Visitez le site : http://www.arbres-de-memoire.fr/

Tag : funérailles écolo, enterrement écolo, crémation écolo, mourir écolo, funérailles écologiques, enterrement écologique, cercueil écologique, obsèques écolo, obsèques écologiques, obsèques vertes, cimetières forestiers, cim



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis