Les Fleurs De Nice : Une Longue Tradition

Les fleurs de Nice : une longue tradition

La ville de Nice doit notamment sa réputation internationale à la culture des fleurs qui y est pratiquée depuis le XVIIIe siècle. Nous vous proposons de retracer l’histoire des fleurs de Nice.

Des origines lointaines

Grâce à la douceur du climat, les fleurs sont depuis longtemps présentes dans l’histoire de la ville de Nice.

A Nice comme dans tout le pourtour méditerranéen, la culture des fleurs est une longue tradition. Pline l’Ancien (23-79) dans son Histoire naturelle consacre un livre entier aux fleurs et à leurs usages culinaires, médicinaux et décoratifs.

Au XVIe siècle, l’érudit italien Girolamo Muzio, qui a séjourné à Nice pendant le Carnaval, témoigne de l'omniprésence des fleurs dans la ville : œillets, violettes et rameaux fleuris de pommiers et d’autres arbres fruitiers …

L'essor de la culture florale

La culture des fleurs a vraisemblablement vu le jour à Nice dès le XVIIIe siècle. Le médecin écossais Tobias Smollett rapporte qu'à cette époque des œillets étaient déjà expédiés par la poste à Turin, Paris ou même Londres …

Selon divers auteurs, cette culture "commerciale" de la fleur est ensuite tombée en désuétude avec la Révolution. Cette tradition aurait été ressuscitée par Alphonse Karr venu s’installer à Nice au milieu du XIXe siècle.

Alphonse Karr développe la culture florale hors serre et l’expédition de ses produits à travers toute l’Europe : roses, œillets, héliotropes, résédas et anémones, mais aussi renoncules, cyclamens, violettes, iris et fleurs d’orangers. Il est aussi le premier à avoir ouvert un commerce de fleurs en centre-ville pour le plus grand plaisir des hivernants.

L’essor de la floriculture niçoise a ensuite été soutenu par deux innovations techniques : l’arrivée du chemin de fer à Nice en 1863 et l’adduction d’eau de la Vésubie en 1885. Ces innovations ont permis d’exporter la production locale dans toute l’Europe et de développer l’irrigation sur les collines de Nice.
A noter : la culture des fleurs couvrait alors jusqu'à 1000 hectares, ce qui plaçait Nice au premier rang mondial des villes productrices de fleurs.

Au début du XXe siècle, 2000 exploitations, généralement de petite taille, étaient réparties sur les collines de Nice. A partir des années 1960, la floriculture a pourtant commencé à régresser devant l'urbanisation croissante des plaines.

Le marché aux fleurs

En 1897, le premier marché aux fleurs de gros au monde a été créé à Nice, d’abord près du marché aux comestibles, rue Saint-François-de-Paule, puis sur le Cours Saleya.

Les producteurs, les grossistes, les intermédiaires et les détaillants s’y retrouvaient et expédiaient dans toute l'Europe leurs fleurs soigneusement rangées dans des paniers en osier.

En 1965, le marché aux fleurs en gros s'installa à Saint Augustin, tandis que le Cours Saleya restait un lieu de vente au détail.
Aujourd’hui encore, cette célèbre artère du Vieux Nice abrite sous de jolies bâches rayées les étals des fleuristes.

Les fleurs dans la tradition niçoise

Un autre témoignage de l’importance des fleurs à Nice est la tradition des batailles de fleurs organisées pendant le Carnaval de Nice depuis 1876 !

Devenue emblématique de la ville, la fleur est un motif qui orne souvent les frises d’avant-toit des maisons niçoises. Les fleurs sont également présentes dans le nom de certains quartiers de la ville comme le Vallon des Fleurs ou Valrose.

Enfin, le costume niçois traditionnel avec tablier et capeline pour les femmes est celui des bouquetières.

Plus d'information :

Tag : fleurs Nice, fleurs de Nice, marché aux fleurs Nice, marché fleurs Nice, culture des fleurs Nice, floriculture Nice, culture florale Nice, batailles de fleurs Nice



Avis

  • Bonjour , je ne sais pas dans quel boite aux lettres mon Email va arriver? mais bon j'ai donné une note alors je l'explique. Déjà un bon point pour ce petit historique sur l'origine du Marché aux Fleurs de Nice. Quand au quatre étoiles sur cinq c'est parce je pense qu'une photo ancienne prise rue St François de Paule appuierai avec plus de justesse le terme historique du Marché aux Fleurs du vieux Nice J'ai pour ma part quelques cartes postales anciennes reflétant bien l'activité dédié aux fleurs dans cette dite rue. Adrian

    23 janvier 2011

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis