Virgin Megastore : Patrick Zelnik, Pdg Du Label Indépendant Naïve, Intéressé Par La Reprise Du Megastore Des Champs Elysées

Virgin Megastore : Patrick Zelnik,  PDG du label indépendant Naïve, intéressé par  la reprise du  Megastore des Champs Elysées

A l'heure où les 1200 salariés du groupe Virgin s'apprêtent à manifester vers le siège de Butler, Patrick Zelnik, PDG du label indépendant Naïve, officialise son intérêt pour la reprise du Virgin Megastore des Champs Elysées, dont il est le cofondateur. Dans une interview accordée à France Inter, mardi 29 janvier, Patrick Zelnik réclame une aide financière de l'Etat afin de soutenir le redressement d'un lieu mythique, "une institution du patrimoine culturel français".

Des partenaires officiels ? non. Des investisseurs intéressés, oui !

Des banquiers, des financiers, Patrick Zelnik en rencontre tous les jours étant donné son intérêt, non dissimulé, pour une cession de catalogues d'artistes des groupes EMI France, EMI Classics, et Virgin Classics.

Lié au secret professionnel par de nombreuses clauses de confidentialité sur l'affaire Virgin, Patrick Zelnik n'évoque pas encore les détails au sujet de ses associés potentiels. Ce dernier s'autorise, toutefois, à révéler ses préférences en matière de partenaires.

L'occasion d'apprendre que la société OFF Trade pourrait jouer un rôle important dans la transaction ou la relance du magasin. "Quand le concept sera défini, les noms seront dévoilés", confiait-il, mardi matin, au micro de la journaliste Pascale Clark.

Un nouveau Virgin aux allures de "Souk culturel"

"Il est indispensable de retrouver une vraie réputation de spécialiste". Patrick Zelnik ne cache plus sa volonté de réviser les offres du Megastore des Champs-Elysées pour le transformer en un "grand souk culturel". D'après son analyse, Virgin doit impérativement retrouver une vocation d'expert, de spécialiste : "Pour acheter il faut que l'offre soit séduisante".

Patrick Zelnik propose d'offrir une plus grande visibilité aux talents méconnus, toutes catégories artistiques et culturelles confondues (images, musiques, livres et productions audiovisuelles) : « Un endroit qui rassemblerait des artisans, des labels indépendants, mais aussi des distributeurs de disques ou des marques high-tech qui loueraient de façon éphémère ou dans la durée des espaces à l'instar de ce qui se fait dans un grand magasin. » (via Les Echos)

Une reprise de la totalité des magasins du groupe difficile

A la question "Comptez-vous reprendre les magasins du groupe ?", Patrick Zelnik ne se prononce pas. D'après l'homme d'affaire, "les syndicats reconnaissent que certains magasins rencontrent de véritables difficultés", pour lesquelles des solutions restent encore à trouver.

"A partir des années 1990, ces magasins ne méritaient plus la qualification de magasins spécialisés. Les contrôleurs de gestion ont fait la loi et ils ont fait disparaître des rayons les disques, les livres ou les DVD qui n'avaient pas une rotation suffisante", a-t-il déploré.

Nouvelle manifestation nationale des salariés

Une nouvelle manifestation des syndicats est prévue mardi 29 janvier, dès 13 heures, pour partir du quartier des Champs-Elysées vers le siège de l'actionnaire Butler Capital Partners (BCP). Le 14 janvier, saisi par Virgin, le tribunal de Commerce de Paris a décidé d'une période d'observation dont il a fixé le début au 30 septembre. Il a désigné un administrateur pour « assister » la direction actuelle de l'entreprise.

C'est une période pendant laquelle l'entreprise est « protégée » de ses créanciers. Les dettes qui existaient au 14 janvier sont gelées jusqu'à la fin de la procédure, ce qui permet à Virgin de consacrer ses liquidités à « faire tourner la boutique ».

Plus d'information :

Tag : Patrick Zelnik, Virgin Megastore, Syndicats, Crise de l'industrie du disque, Rachat,



Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis