Flash

Flash

Le flash est indispensable à chaque fois que la lumière naturelle ne suffit pas à éclairer une prise de vue. Nous vous proposons de découvrir plus en détail ce dispositif inventé en 1887, dont l’utilisation s’est simplifiée au cours du temps.

Présentation

En photographie, un flash, dont le nom vient du mot anglais signifiant "éclair", est un dispositif produisant une lumière intense pendant un laps de temps très court, de l’ordre du millième de seconde.
La puissance électrique des flashes s'exprime en joules et peut varier de 10 J pour un modèle amateur à 20 000 J pour un modèle professionnel.
Pour pouvoir être alimentés par des piles basse tension, les flashes électroniques doivent être équipés d'un dispositif éleveur de tension : l’énergie stockée dans un condensateur se décharge lors du déclenchement.

Utilisations courantes

L’utilisation la plus courante du flash consiste à s’en servir pour illuminer une scène trop sombre ou pour photographier correctement des mouvements rapides.
Ce dispositif peut aussi être utilisé en extérieur comme éclairage d'appoint.
Cette technique photographique, appelée fill-in, permet d’adoucir les ombres, notamment pour photographier un sujet en contre-jour.

Usage professionnel

Les photographes professionnels utilisent le flash comme éclairage de studio pour réaliser des portraits ou photographier des objets.
Les appareils utilisés sont alors très puissants et indépendants de l'appareil photographique, qu’ils soient sur pieds ou suspendus au plafond par un système de rails mobiles et de pentographes.
Malgré son caractère encombrant, ce matériel est aussi utilisé pour les prises de vue sur site nécessitant un Éclairage particulier.

Historique

Les premiers modèles de flashes, inventés en 1887, utilisaient la combustion de poudre de magnésium, un procédé très dangereux en raison du caractère très inflammable du magnésium.
Le déclenchement du flash se faisait manuellement et pouvait donc survenir trop tôt ou trop tard.
Les ampoules-flashes, à usage unique, contenaient un filament d'aluminium dans une atmosphère d'oxygène. Dans ce dispositif, le métal s'enflamme sous l'action d'un courant électrique et provoque l'inflammation d'une amorce.
Le flash-cube comportait quatre ampoules de petite taille disposées sur les quatre faces d'un cube qui pivotait de 90° à chaque prise de vue.
C’est au milieu des années 1960 que les flashes électroniques ont définitivement remplacé les ampoules au magnésium. Légers et puissants, ils sont souvent associés à un boîtier reflex et produisent une lumière comparable à la lumière du jour.

Innovations technologiques

Diverses innovations ont simplifié l'utilisation du flash, notamment l’invention des flashes automatiques qui mesurent la lumière réfléchie et interrompent l'éclair quand la quantité de lumière est suffisante.
Les flashes TTL (through the lens, "à travers l'objectif"), utilisés avec un boîtier reflex, permettent de mesurer l'éclair par réflexion sur le film et garantissent une bonne exposition quels que soient les montages optiques réalisés.
Les réflecteurs zoom permettent d’adapter la surface éclairée à la focale de l'objectif utilisé.

Nombre guide

La puissance lumineuse d'un flash est caractérisée par le nombre guide (NG).
Cette mesure, exprimée en mètres et parfois en pieds, permet à un utilisateur dépourvu de flashmètre de connaître le diaphragme à appliquer en fonction de la distance entre le flash et le sujet et de la sensibilité du film.
Le nombre guide, qui augmente avec la puissance lumineuse du dispositif, est généralement donné pour une sensibilité de 100 ISO et une focale "normale" (50 mm pour un format 24x36 mm) à une ouverture de diaphragme de 1.
L'ouverture de diaphragme à utiliser pour obtenir une exposition correcte correspond à la formule suivante : (ouverture du diaphragme) = (nombre guide) / (distance flash-sujet en mètres).
La valeur du nombre guide est valable dans des conditions d'utilisation en intérieur (dans une pièce dont les Murs réfléchissent la lumière) mais ce calcul est faussé pour une prise de vue dans de grands espaces.
Il faut également savoir que l’utilisation de deux flashes de même puissance donne deux fois plus de lumière mais ne double pas la valeur du nombre guide. Deux flashes de NG 36 permettent d’obtenir un NG 50.

Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis