Photos HDR
 

Canalsat

La fusion entre TPS et Canalsat, annoncée depuis 2005 et amorcée depuis le début de l’année, devient effective aujourd’hui. A cette occasion, nous vous proposons de revenir sur l’histoire de Canalsatellite, mais aussi sur l’évolution probable du nouveau bouquet satellite issu de la fusion.

Présentation

Canalsat est un bouquet de Télévision par satellite qui a porté le nom Canalsatellite jusqu’en mai 2005.
En 1992, il a été lancé en version analogique, avant d’être proposé en numérique en 1996.
Il est détenu à 66% par le Groupe Canal+ mais, pour des raisons réglementaires et légales, Canalsatellite n'a pas le droit d'intégrer l'offre des chaînes Canal+ à son bouquet.
C’est pourquoi, depuis son lancement en 1984, Canal+ et son bouquet (CANAL+ Décalé, CANAL+ Cinéma, CANAL+ Sport, CANAL+ Hi-Tech) ont été commercialisées séparément.

Origines

C’est le 14 novembre 1992, que Canal+ lance son premier "bouquet" satellitaire français en analogique, avec pour slogan "Le câble par satellite".
Canalsat ne connaît de véritable démarrage commercial qu’à partir du 27 avril 1996 avec le passage au numérique.
A l’origine les chaînes du bouquet se limitent à Kiosque (service de paiement à la carte), Canal J (chaîne jeunesse), Jimmy (consacrée aux séries) Ciné Cinémas et Ciné Classics, Eurosport, LCI (chaîne d'informations en continu), MCM (chaîne musicale), TMC Monte Carlo, Mezzo (chaîne de musique classique et de jazz), Paris Première, Planète (chaîne des documentaires), C:Direct (devenue Game One en 1999), ainsi que le service "RadioSat" qui permet d'accéder à une quinzaine de radios en direct dès 1996.
A l'abonnement de base, s’ajoute en outre un certain nombre d'options dont Disney Channel France et une bonne partie des quelques vingt chaînes éditées par le groupe AB (AB Sat).
Début 2005, ce bouquet compte déjà plus de 3 millions d'abonnés.

La fusion avec TPS

Le 15 décembre 2006, le groupe Vivendi, alors actionnaire majoritaire CANAL+, annonce l'ouverture de discussions avec TPS en vue d'une fusion de leurs deux bouquets.
Cette opération aurait pour objectif de faire face à la concurrence accrue des entreprises de télécommunication (avec l'essor des offres ADSL), de la Tnt gratuite et de la Télévision sur Internet.
Le 4 janvier 2007, Canal+ France, une partie du Groupe Canal+ qui ne se limite pas seulement à sa filiale Canalsat) fusionne avec TPS (qui appartient au Groupe TF1/Groupe M6).
TF1 et M6 sont actionnaires minoritaires de cette société, respectivement à hauteur de 9,9% et 5.1%.
Le processus ainsi enclenché aboutit aussi à la fusion des offres des bouquets TPS et CANALSAT, devenue effective aujourd’hui 21 mars 2007, le seul bouquet satellite concurrent en France restant AB Sat.
Le nom du bouquet "TPS" disparaît officiellement aujourd’hui au profit de la marque CANALSAT.

L’avenir de Canalsat

Avec la fusion des deux bouquets satellite, l'offre de programmes devrait rapidement être recomposée pour éliminer les doublons entre les 22 canaux de cinéma ou les 12 chaînes documentaires.
Le passage prévu de 15 chaînes cinéma à 7 seulement risque de décevoir les cinéphiles abonnés aux deux offres. Pour compenser ce changement, Canalsat souhaite privilégier les chaînes Canal+ et surtout la vidéo à la demande (Pay Per View). Les personnes intéressées devront alors s'abonner à l'offre "Premium" et acheter des films à la séance.
Fort de la fusion avec son principal concurrent, le nouveau Canalsatellite sera en mesure conquérir de nouveaux abonnés, ainsi que certaines exclusivités sportives et cinématographiques.
Pourtant la fusion n’a pas que des avantages : les consommateurs ne seront plus en mesure de faire jouer la concurrence (les offres promotionnelles risquent d’en être affectées) et la fusion menace également une partie des revenus du cinéma et des clubs de football (sous forme de droits de retransmission des matchs).
En effet, les deux bouquets proposaient jusqu’alors tout un panel de chaînes cinéma et participaient financièrement à la production de films afin d’en obtenir la Première diffusion télévisée.
Enfin, un plan social touche les deux opérateurs et près de 1000 postes doivent être supprimés.

Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis