Interview De Bert Bos : Histoire Et évolutions Du Css

Interview de Bert Bos : histoire et évolutions du CSS

Interview de Bert Bos l'un des fondateurs du CSS : histoire, évolutions et conseils sur le css

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs ?

En 1994, je travaillais à l'université de Groningen (Pays Bas) et j'étais en train de déveloper un navigateur Web/Internet pour la faculté des Arts et Lettres quand Håkon Wium Lie a envoyé un message à une liste de diffusion, avec l'idée de feuilles de style pour HTML. Il l'appelait « Cascading HTML Style Sheets. » Moi aussi j'avais un système de feuilles de style dans mon navigateur, donc j'ai répondu et on a combiné nos idées.

En 1995, Håkon et moi avons rejoint le W3C (on a été les premiers employés du W3C sur le site de Sophia-Antipolis, France) pour développer « Css » (j'avais supprimé le « HTML » du nom).

Depuis, j'ai travaillé pour le W3C sur HTML, XML, l'internationalisation, et plus récemment, MathML. Et bien sûr, toujours sur CSS. En ce moment je suis l'animateur du groupe de travail pour CSS.

Vous travaillez au sein de W3C : pouvez-vous nous expliquer de quoi il s'agit ?

Le W3C met au point des standards pour le Web, comme HTML et CSS. Le W3C est un consortium industriel, ce qui veut dire qu'en plus d'une équipe (dont moi), il y a des membres. Les membres sont des sociétés et organisations, parmi lesquelles évidemment beaucoup de sociétés qui travaillent dans l'informatique.

Le travail se fait dans des groupes de travail. Comme je l'ai dit plus haut, un des groupes est celui du CSS, que j'anime. Le nombre de groupes peut varier selon les besoins. À l'heure actuelle, il y en a environ 70 (allant de 10 à 40 personnes chaque fois et parfois plus), encadrés et soutenus par une équipe d'environ 65 personnes.

En plus des groupes de travail, le W3C anime un site Web, des ateliers et des listes de diffusion. Souvent, une partie du travail se fait en coopération avec d'autres organismes de normalisation.

Comment vous est venue l'idée du CSS ?

Des feuilles de style existent depuis que le métier d'imprimeur existe, c.a.d. plusieurs siècles. Mais au début, bien sûr, c'étaient des bouts de papier avec des instructions transmis par une typographe à un imprimeur.
Dans les années 1980, plusieurs langages ont été développés pour la mise en page de documents électroniques et pour configurer l'interface de logiciels.

Håkon et moi avons pris plusieurs de ces langages, en avons extrait les caractéristiques les plus adaptées au Web, les simplifiés et y avons ajoutés quelques petites idées de nous-mêmes.
En particulier, l'idée de Håkon était que sur le Web il y deux parties prenantes, l'auteur et le lecteur, et que les deux peuvent avoir leur feuilles de style préférées, qu'il faut donc cumuler (de là le nom de feuilles de style « en cascade »). Mon idée était qu'un document est un arbre, avec des sections dans d'autres sections et des listes dans d'autres listes et que le style de chaque élément ne dépend pas seulement de la nature de l'élément (liste, citation, titre, etc.) mais aussi du contexte (titre dans une section, titre dans une sous-section, etc.).
J'attendais aussi l'apparition de types de documents plus flexibles que l'HTML, qui, effectivement, ont été inventé un peu plus tard sous le nom de XML.

Ensuite, le travail était d'analyser quelles caractéristiques étaient nécessaires, quelle syntaxe était la plus adaptée, et de quoi les ordinateurs et logiciels de l'époque étaient capables (les utilisateurs n'aiment pas attendre pendant que l'ordinateur fait des calculs...)

Quelle a été l'évolution majeure du CSS ces 10 dernières années ?

Au début, on n'a édité que les caractéristiques les plus basiques, pour que le Css puisse être rapidement implémenté et adopté. C'est le « Css level 1, » le niveau 1, paru en décembre 1996 et qu'on commémore cette année. Ça a bien marché, sauf que nous n'avions pas prévu que les navigateurs allaient prendre si longtemps pour corriger les erreurs des premières implémentations.

Après avoir édité le niveau 2 en 1998, déjà plus performant, on a donc décidé de ralentir le développement de nouvelles fonctions et de se concentrer sur comment aider les navigateurs à corriger les bogues et se mettre d'accord sur leurs interprétations différentes du standard.

Ça a pris beaucoup de temps mais aujourd'hui on a une version du niveau 2 de Css qui a été réécrite et des navigateurs qui l'implémentent fidèlement. Même Microsoft a repris le travail et a fait un nouveau navigateur, IE7, qui s'approche de plus en plus du Css level 2 avec chaque mise a jour de Windows. Du coup, le travail sur le niveau 3 de Css s'accélère et quelques modules sont déjà disponible dans quelques navigateurs.

Quelles seront les évolutions du CSS pour ces 10 prochaines années ?

On travaille sur plusieurs sujets. Un sujet très important sont les écritures autres que celles basés sur le latin (comme le français ou l'anglais). On peut déjà faire la mise en page pour la plupart des langues du monde, mais souvent elles ont des traditions typographiques spécifiques qui sont encore mal integrées dans CSS.
Par exemple, le japonais est souvent écrit verticalement, ce qui est encore impossible avec CSS.

Un autre sujet sont les besoin des publications sur papier. Même si le Css est surtout utilisé pour afficher des documents sur un écran d'ordinateur, on fait aussi des articles sur papier avec, ainsi que
des livres. Un des modules de Css s'occupe des sauts de page, numérotation de pages, titres en hauts et en bas de chaque page, etc.
(Je l'ai d'ailleurs déjà utilisé pour le livre que Håkon et moi-même avons écrit.) Un autre décrit les colonnes (comme dans un journal), et un autre encore les notes de bas de page, les références croisées, etc.

On travaille aussi sur des méthodes de mise en page avancés, basées sur un concept que les professionnels connaissent bien : la grille.
Il devrait aussi être possible d'associer des polices de caractères avec une page, même si le lecteur n'a pas installé ces polices sur son Ordinateur (comme cela est déjà possible avec PDF, par exemple).

Le CSS est-il un atout majeur pour l'accessibilité des sites web ?

Si on l'applique bien, oui. On ne peut pas améliorer avec Css une page qui à été mal écrite, mais une page qui a une bonne structure peut être adaptée aux besoins de chaque lecteur à l'aide du CSS. On peut, par exemple, faire plusieurs styles différents pour une même page : pour des écrans de tailles différentes (comme un Téléphone portable), pour des lecteurs daltonien, etc. Comme Css permet au lecteur de cumuler ses propres feuilles de styles avec celles de l'auteur, le lecteur peut souvent corriger un style qui n'est pas bien adapté a ses besoins. Ce qui est impossible ou très difficile a faire avec une page sans CSS.

Mais l'avantage le plus important du Css est probablement le fait que Css encourage l'auteur à bien structurer son texte. Avec Css on peut faire des mises en pages très séduisantes, et c'est d'autant plus facile quand le document est riche en structure. Ce qui entraîne que quelqu'un qui ne peut pas lire la page avec le style fourni par l'auteur (parce qu'il est aveugle, par exemple), peut supprimer le style visuel et utiliser la structure de la page pour faire un rendu très fidèle en voix synthétique ou en braille.

Quel est le navigateur qui respecte le plus le CSS ?

C'est difficile à dire. Chaque fois qu'un navigateur s'améliore, un autre fait une mise à jour un peu après. Tous les navigateurs bien connus (Safari, Konqueror, Opera, Firefox, et d'autres basés sur eux) sont très bien pour le niveau 2 de Css et IE7 s'en approche rapidement.

Quels conseils donneriez-vous à un nouveau programmeur pour qu'il optimise votre technologie ?

Il y a des gens qui aiment lire les manuels, mais j'ai l'impression que la plupart préfère apprendre à partir d'exemples. Mon avis est donc de regarder comment font les sites qu'on aime et les meilleurs designers du Web. L'avantage de HTML et Css est qu'on peut toujours voir comment c'est fait. Il suffit de regarder le code source, de télécharger les feuilles de style et d'en piquer les idées. (Mais attention: respectez le droit d'auteur!)

Quel est votre coup de coeur du moment ?

Un livre d'un designer anglais, Andy Clarke, qui vient de paraître et qui montre bien de quoi le Css est capable dans les mains d'un professionnel. Le livre s'appelle « Transcending CSS: The Fine Art of Web Design »

Quel est votre coup de gueule du moment ?

J'aimerais que les navigateurs implémentent les nouvelles fonctions de Css level 3 plus rapidement (mais je comprends bien que le Css n'est pas la seule technologie qu'ils doivent intégrer et que les ressources manquent pour tout faire en même temps).

Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis