Photos HDR
 

Agriculture Biologique

L’agriculture biologique est un ensemble de moyens de production au service d’une idée simple : manger naturel, bon et sain. Avant d’arriver dans votre assiette, un produit bio, qu’il soit brut ou transformé, a rempli les exigences d’un cahier des charges très rigoureux.

Qu’est-ce que l’agriculture biologique ?

L'agriculture biologique est basée sur le respect des cycles biologiques et de l'environnement pour une production de qualité, plus autonome, plus économe et non polluante.

Cette expression, qui est au sens propre, un pléonasme (il n'existe pas d'agriculture non biologique), est apparue vers 1950. On qualifie ce type d’agriculture de « biologique » par opposition au système de production agricole qui fait usage d'intrants chimiques, c'est-à-dire des produits de synthèse : engrais, produits phytosanitaires, (pesticides, fongicides …). Ce mode de production est souvent considéré comme dangereux pour l'écosystème (pollution des nappes phréatiques …) et non durable.

Le cahier des charges des produits issus de l’agriculture biologique

Pour les produits végétaux issus de l’agriculture biologique, l’exigence principale est l’absence d’engrais chimiques et de pesticides de synthèse ou encore d’herbicides contre les mauvaises herbes. On utilise donc, pour lutter contre les maladies et les insectes nuisibles, des méthodes alternatives, par exemple des coccinelles contre les pucerons. Pour enrichir la terre, on emploie des engrais naturels comme le fumier, le compost ou les algues.

Pour les produits animaux issus de l’agriculture biologique, l’élevage est strictement réglementé. Les animaux ne doivent pas être soignés avec plus de deux traitements annuels à base de médicaments de synthèse. Les agriculteurs doivent satisfaire à diverses exigences concernant la taille de l’exploitation, la diversité des races élevées, le bien-être des animaux, l’allaitement, le sevrage ou encore la traçabilité.

La réglementation sur l’agriculture biologique

Divers textes régissent ce type d’agriculture, notamment le règlement européen du 24 juin 1991. Depuis le 24 août 1999, les organismes génétiquement modifiés sont interdits en agriculture biologique. C’est un des secteurs les plus contrôlés de France.

On pourra toutefois objecter que les contrôles, si sérieux soient-ils, n’empêchent pas le vent ou les ruissellements d’apporter engrais et pesticides chimiques des champs Voisins non-bio.

Les labels de l’agriculture biologique

Le label AB, délivré par le ministère de l’Agriculture, garantit aux consommateurs que le produit en question respecte le règlement européen du 24 juin 1991 ainsi que des cahiers des charges complémentaires et qu’au moins 95% des ingrédients d’un produit transformé sont issus de l’agriculture biologique, les 5% restant étant aussi des produits naturels mais non agricoles (comme le sel).

Un agriculteur qui n’a pas sollicité le logo AB peut déclarer son produit « bio », s’il mentionne par une étiquette le nom de l’organisme certificateur qui le contrôle. Des produits qui contiennent 70 à 95% d’ingrédients bio ne peuvent pas utiliser la mention Agriculture biologique mais seulement une formule du type « X% des ingrédients ont été obtenus selon les règles de la production biologique ». En dessous de 70% toute référence de ce type est interdite.

Le succès des produits issus de l’agriculture biologique

La consommation d'aliments biologiques a progressé de près de 10 % en moyenne par an depuis 1999, tandis que la demande annuelle d'aliments conventionnels augmentait de seulement 3,6 %, selon les derniers chiffres de l'Agence Bio, un groupement d'intérêt public où sont représentés les professionnels du secteur.

En 2005, le marché français des produits issus de l’agriculture biologique s'élevait à 1,6 milliard d'euros, le poste le plus important étant celui des fruits et légumes, qui totalise 264 millions d'euros.

Selon une enquête de l'institut CSA, réalisée fin 2005, pour l'Agence française pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique, 90% des Français estiment que les produits AB contribuent à préserver l'environnement. De plus, « près d'un Français sur deux (47 %) consomme des produits biologiques au moins une fois par mois » et « plus d'un sur deux (56 %) se sent proche des valeurs bio ».

Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis