Photos HDR
 

La Réforme Lmd

Une réforme nationale, amorcée depuis 1998, a progressivement transformé les cursus universitaires en France. La réforme LMD (pour Licence - Master - Doctorat) a réorganisé l’ensemble des diplômes universitaires français pour faciliter la mobilité des étudiants par l’harmonisation des cursus d’enseignement supérieur en Europe.

Présentation

La réforme LMD a été réalisée dans le cadre de la construction de l'Espace européen de l'enseignement supérieur.
40 pays européens ont décidé d'harmoniser leurs diplômes entre 2002 et 2010 pour favoriser la mobilité des étudiants.
Cette réforme a donc restructuré l'ensemble des diplômes universitaires français pour les rendre compatibles avec les cursus de l'enseignement supérieur en Europe.

Le contenu de la réforme

La réforme LMD remet en avant la notion historique de grade , qui avait été peu à peu oubliée suite à l'introduction de diplômes nationaux intermédiaires non associés à des grades, comme le Diplôme d'études supérieures, DEA, DESS, Maîtrise, DEUG, DEUST ou DUT.
Un grade supplémentaire, le grade de master a été créé de telle sorte que les cursus universitaires s’articulent désormais autour de trois grades principaux correspondant au sigle LMD :
- la licence (bac+3)
- le master (bac+5)
- le doctorat (bac+8).
La réforme prévoit aussi l’utilisation du Système européen de transfert et d'accumulation de crédits afin de décrire le volume horaire de travail de manière standardisée.

Le système européen de crédits ECTS

Depuis la réforme LMD, on parle de "crédits" et non plus d'années pour identifier les niveaux d’étude.
Les crédits correspondent à un volume d’heures, de cours, de Travaux dirigés (TD), de Travaux pratiques (TP) et de travail personnel. Ils peuvent aussi valider un stage, une expérience associative, un séjour à l’étranger.
Chaque grade est atteint par l'acquisition de crédits européens ECTS (European Credit Transfer System), à raison de 30 crédits ECTS par semestre.

En pratique

Dans le cadre de la réforme LMD, la licence est découpée en 6 semestres et validée par l’obtention de 180 crédits ECTS, tandis que le grade de master est conféré après 4 semestres (correspondant à 120 crédits ECTS soit 300 crédits cumulés). Le doctorat s’obtient après la réalisation de Travaux de recherche durant au moins trois ans et la soutenance d'une thèse.
Le grade de Master, qui remplace la maîtrise et le troisième cycle (DEA et DESS), peut se décliner selon deux orientations, l'une professionnelle, l'autre de recherche, avec des possibilités de passerelle de l'une à l'autre.

Avantages du système de crédits

Avantages du système de crédits
Les crédits, qui sont à la base de la réforme LMD, constituent une reconnaissance internationale.
Ils ont l’avantage d’être transférables en France et en Europe et capitalisables, c’est-à-dire définitivement acquis, quelle que soit la durée du parcours.

Difficultés

La transition de l’ancien au nouveau système, qui s’effectue progressivement dans le cadre de la réforme LMD, ne va pas sans difficultés.
L’intégration des filières universitaires non-facultaires et des filières non-universitaires à ce nouveau système a posé ou pose encore des problèmes.
Dans les Instituts d'Etudes Politiques, les études sont passées de 4 à 5 années après le Baccalauréat pour s'aligner sur le grade de master, tandis que dans les écoles d'architecture le cursus a été réduit de 6 à 5 années.
Les filières de santé posent des problèmes de "bi-appartenance" au Ministère de l'éducation nationale (seul habilité à délivrer ces diplômes) et au Ministère de la santé (qui délivre les diplômes de droit d'exercice).
Les instituts universitaires professionnels (IUP) et les instituts universitaires de technologie (IUT) sont aussi amenés à adapter leurs cursus et leurs diplômes à la réforme en cours.

Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis