Photos HDR
 

Le Vitrail : Histoire Et Procédé De Fabrication

Le vitrail : histoire et procédé de fabrication

Le vitrail est une technique qui s’est perpétuée depuis le Moyen Age, une époque où les vitraux jouaient un rôle important dans l’enseignement religieux des populations illettrées. Voici une présentation de la technique de fabrication des vitraux et de leur histoire.

Présentation

Un vitrail est une composition décorative ou iconographique formée à l’aide de pièces de verre coloré, prédécoupées selon un schéma précis.
Depuis le début du Moyen Age, ces pièces de verre sont assemblées par des baguettes de plomb.

Ce procédé, qui est toujours en usage aujourd'hui coexiste avec d'autres techniques plus récentes.
Il s’agit notamment de :
- la méthode Tiffany, un procédé utilisant un ruban de cuivre qui a été inventé par Louis Comfort Tiffany
- la technique de la dalle de verre enchâssée dans le béton ou le silicone
- la technique du collage à l’aide de résines ou de polymères
- la technique du vitrail à verre libre.

Histoire du vitrail

La fabrication du verre coloré remonte à la plus haute antiquité et était pratiquée avec brio par les Egyptiens ainsi que les Romains.

Des formes primitives de vitraux ont été retrouvées dans les églises chrétiennes des IVème et Vème siècles : il s’agissait de motifs réalisés à l’aide de très fines feuilles d'albâtre serties dans des cadres en bois. En Asie mineure, on utilisait déjà le verre coloré à la place de la pierre pour obtenir de tels motifs.

La technique du vitrail s’est développée au Moyen Age, dès la période romane et le gothique primitif (entre 950 et 1240), comme en témoignent certains vitraux de la Cathédrale de chartres et de la cathédrale de Canterbury.
La stabilité des vitraux était alors assurée par de robustes cadres de fer.

Avec le développement de l’architecture gothique, les ouvertures devinrent de plus en plus grandes et l’art des vitraux atteignit son apogée dans les immenses baies du style flamboyant européen.
Ils prirent alors des formes de plus en plus audacieuses (forme circulaire ou rosaces).

La technique du vitrail au plomb

La technique médiévale du vitrail est un procédé associant le plomb et le verre.
Ce procédé utilise du verre plan, d'une épaisseur variant entre 1,5 mm et 5 mm, et des baguettes de plomb en forme de H couché.

Les pièces de verre sont serties dans les plombs et l'ensemble est maintenu par des soudures réalisées à chaque intersection des plombs.

Etapes de fabrication d'un vitrail

Une Première étape essentielle est la conception du futur vitrail car cette technique laisse peu de place à l’improvisation. On réalise généralement une maquette représentant en détail le projet à l'échelle 1/10 (le tracé des plombs, la coloration des verres, la peinture éventuelle et le passage des armatures métalliques).

Le tracé, c’est-à-dire est le dessin technique du panneau, est ensuite réalisé à l’échelle 1/1 puis reporté sur un calque avant d’être calibré.

Le calibrage a pour but de conserver les mesures du panneau en tenant compte de l’assemblage verre/plomb. On obtient ainsi des calibres en papier fort qui serviront de guide pour la coupe de chaque pièce.

La coupe des pièces est très précise et s’effectue à l’aide d’un diamant (naturel ou synthétique) ou d’un coupe-verre. A cette étape de la fabrication, les pièces de verre sont éventuellement décorées.

Le sertissage, aussi appelé "mise en plomb", consiste à assembler les verres et les plombs en respectant le dessin du vitrail pour qu'il reste lisible.
Le soudage permet de solidariser le réseau des plombs en faisant fondre un peu d'étain sur chaque intersection.

Le masticage est destiné à assurer l'étanchéité du vitrail et à le consolider. Cette technique, qui n’est pas systématiquement utilisée, consiste à combler les interstices entre les verres et les plombs à l'aide d'un mastic liquide.

Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis