vous êtes ici : Accueil > Articles > Commerce et Société > Artisanat > Céramique

La faïence de Gien : entre tradition et création

La ville de Gien dans le département du Loiret est réputée depuis le XIXe siècle pour ses prestigieuses faïenceries. La faïence de Gien, qui s'exporte dans plus de trente pays, allie fabrication artisanale et industrielle et fait rimer tradition avec création.

Partager

Histoire de la faïence de Gien

La Faïencerie de Gien a été fondée en 1821 par l'industriel anglais Thomas Hall qui souhaitait introduire en France la fabrication de la faïence fine anglaise.
L’entreprise s’est installée dans un ancien couvent de Minimes du XVIe siècle.

D’abord limitée à la production de vaisselle utilitaire, cette manufacture s’est orientée vers la fabrication de services de table, de pièces décoratives et de services aux armes des grandes familles.

Des pièces exceptionnelles de faïence de Gien ont également été créées à l’occasion des différentes expositions universelles de 1855 à 1900 et couronnées de nombreuses récompenses.
Aujourd’hui, la Faïencerie de Gien perpétue ce savoir-faire et bénéficie d’une renommée mondiale dans le domaine de la faïence haut de gamme.


Des décors aux multiples inspirations

Les faïenciers de Gien ont non seulement créé de nouveaux décors mais se sont aussi inspirés de ceux des siècles passés.

La faïence de Gien, dont certaines pièces sont aujourd’hui recherchées par les collectionneurs, reflète ainsi les faïences françaises et européennes des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Certaines pièces empruntent également les décors de la céramique extrême-orientale.

Les plus fameuses sources d’inspiration des faïenciers de Gien sont :
• les majoliques italiennes de la Renaissance, notamment les productions de Faenza, Urbino et Savone, avec des rinceaux, des motifs floraux, des amours et des chimères sur fond noir, bleu sombre ou brun
• les porcelaines de Saxe, dont les décors floraux, amours ou angelots sont finement dessinés dans des médaillons feuillagés, dans un camaïeu de rose, de pourpre ou de bleu lavande rehaussé de parme
• les faïenceries de Rouen au XVIIIe siècle
• les faïenceries de Marseille et leurs paysages champêtres ou maritimes
• la porcelaine anglaise s'inspirant des faïences de Wedgwood
• les camaïeux bleus et blancs, s'inspirant des faïenceries de Delft
• les fastueuses polychromies d'Extrême-Orient.


Le Musée de la Faïencerie

Des décors rouennais aux bleus hollandais de Delft, vous pouvez découvrir les décors qui ont fait la renommée de la faïence de Gien au Musée de la Faïencerie.

Situé dans l'enceinte même de la manufacture, ce musée présente une collection de pièces de faïence fine réalisées entre 1820 et 1920.
Ces objets utilitaires ou décoratifs, parfois précieux et rares, témoignent d’une grande diversité de formes, de techniques et de décors.


Auteur :   |   Date de création : 12/02/2009   

Plus d'informations : http://www.gien.com/


Tag : faïence de Gien, faïencerie de Gien, musée de la faïencerie, musée faïence Gien, artisanat Gien

 

La faïence de Gien : entre tradition et création
Votre avis
Déjà membre
Email :
Mot de passe : mot
Nouveau membre
Email :
pseudo :

Donnez une note :
Votre avis :

Verification ... Enregistrement ....
 
Dimanche 13 Juillet 2014, Bonne fête aux Clélia, Enrique, Eugène, Harry, Heinrich, Henri, Henriette, Henrik, Henry, Joël, Joëlle, Mildred,
Publicité

Gralon sur les réseaux sociaux

Statistiques
  • +2.5 millions de visites uniques mensuelles
  • +80 000 sites inscrits
  • +200 000 membres