Photos HDR
 

Des Temps Et Des Vents De Reha Erdem

Des temps et des vents de Reha Erdem

Avant-première du film de Reha Erdem Des temps et des vents (sortie dans les salles programmée le 30 avril).

Reposant, ressourçant, passionnant

Pas de portable, pas de fax, d’ordinateurs, de métros, de centres commerciaux. Pas de course-poursuite ni de fusillades sur fond de musique rap. Le simple bruit des oiseaux qui chantent et qui vous murmurent à l’oreille la beauté de la vie, ici rythmée par le passage de saisons et les appels à la prière. Et puis les paysages magnifiques d’un petit village turc dans son environnement montagneux, face à une mer sublime. Incroyablement reposant, ce film se joue à l’allure qui nous semble d’un autre temps. C’est aussi pour cela qu’on est accroché à son intrigue, suspendu à l’enchaînement des événements, et qu’on attend avec impatience son dénouement.
L’histoire traite des péripéties de trois enfants d’une douzaine d’années plus ou moins traumatisés, bouleversés, par l’attitude de leurs parents et leurs proches. On s’attache terriblement à leur destin, pris d’une grande compassion pour la pureté de leur âme. Les non-dits sur la cruauté qui entourent certains sont nombreux, et ajoutent à la qualité du film, puisque le réalisateur prend le partie de ne pas montrer la violence.
Reha Erdem est né à Istanbul en 1960 et il a étudié le cinéma à Paris. Il dit bénéficier, depuis quelques années, de sources de financement internationales plus nombreuses et plus accessibles aux réalisateurs turcs, en comparaison de la situation qu’il avait connue au début de sa carrière. Il décrit, avec ce quatrième long-métrage, la tragédie de la vie, le témoignage de la souffrance des hommes. Un travail couronné par le Grand Prix du jury du Festival du film d’Istanbul.

Avis

Devenez membre pour donner votre avis !

Donner votre avis